© Tim Douet

Auvergne-Rhône-Alpes : Wauquiez veut essayer les “contreparties” au RSA

Le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes a saisi au bon les déclarations du Premier ministre Édouard Philippe sur les “contreparties” pour les personnes bénéficiant de minimas sociaux.

Il en a fait une de ses marottes et une partie de son identité politique depuis 2011 et sa sortie sur le “cancer de l'assistanat”. Laurent Wauquiez a réagi au propos d'Édouard Philippe qui a rappelé les “droits et des devoirs” de “tous les acteurs économiques lorsque l’État crée des systèmes de solidarité” et évoqué le terme de “contreparties” pour les bénéficiaires d'aides sociales. Dans les colonnes du Progrès du jour, le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes a proposé de faire de la région une collectivité “pilote” pour “expérimenter pendant deux ans au moins un programme de type “droits-devoirs”. “On demanderait aux gens qui ont le RSA de faire des heures de TIG : aider les maisons de retraite, rendre visite à des personnes handicapées, entretenir les espaces verts, aider lors de festival ou des associations”, a précisé le patron du parti Les Républicain qui souhaite mettre en place ce dispositif dans la mesure où celui-ci “ne détruit pas l'emploi”. Selon lui ce ne serait “pas une punition”, mais “quand on reçoit, il faut rendre.” “Et la meilleure façon d'aider, c'est le travail”, a-t-il jugé.

La proposition d'Édouard Philippe n'a pas été aussi bien reçue par certains membres de la majorité LREM dont Brigitte Bourguignon, la présidente de la commission des Affaires sociales. “Arrêtons de stigmatiser nos concitoyens les plus fragiles en reprenant les propositions de Laurent Wauquiez et des tenants du "cancer de l’assistanat"”, a déclaré l'ancienne élue socialiste dans les colonnes du Parisien .

à lire également
Les “Jeunes avec DK”, ont officiellement lancé leur mouvement de soutien à la candidature de David Kimelfeld ce jeudi. L'occasion pour le candidat à l'élection métropolitaine de 2020 d'égrainer ses premières propositions pour la jeunesse.
3 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 25 février 2019

    Ha le fric... facteur de paix et de bienveillance ! 😀
    .
    Et les "patrons assistés" qui gèrent certaines boîtes de BTP, qui, sans les subventions gigantesques de l'Etat, ne seraient "rien".
    On en parle ?
    .
    Et le CICE, 40 milliards donnés à des entreprises pour créer des emplois, et qui n'ont rien fait réellement... ça équivaut à combien de RSA nécessaires pour avoir de quoi manger ?
    .
    Malheureusement, la démocratie dans un monde monétaire est une illusion ! On l'a vu lors des dernières élections législatives où des centaines de milliers de circulaires ont disparu en totale impunité. Et ça n'a révolté que peu de citoyens.

  2. reston - 25 février 2019

    C'est marrant, y a pas de travail quand on en cherche par contre là d'un coup ils vont trouver du travail pour tous le monde ? Ils se foutent pas de nos gueules ? Par ce que si ils ont de quoi filé un jour de travail à chacun de 60 000 allocataire du rhone, ils ont donc de quoi faire travailler 12 000 personnes à temps plein... qui pourraient alors sortir du "cancer de l’assistanat". C'est à ce demander si ils nous prennent pour des demeurés ... Ils pensent vraiment qu'on va pas voir que c'est juste une mesure de plus pour nous humilier encore un peu ?

  3. Galapiat - 25 février 2019

    reston: on ne va pas forcément donner un boulot dans les cadres de celui en recherche, des tas de petits travaux , propreté, surveillance, renfort en personnel non qualifié en Hôpital ,etc . L'humiliation c'est croire que l'on est dévalorisé en acceptant un "petit boulot" contre une rémunération.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut