Action coup de poing contre les Roms à Saint-Genis-les-Ollières (MàJ)

Une trentaine de militants du mouvement d’extrême-droite Génération Identitaire a pris d'assaut ce matin un bâtiment de Saint-Genis-les-Ollières.

Voiture en flamme, banderole "Saint-Genis ne sera pas Calais", slogans "Les Roms chez le préfet" : une trentaine de membres du groupe identitaire Rebeyne ! a pris d'assaut ce matin un bâtiment désaffecté de Saint-Genis-les-Ollières. Arrivés dans la nuit, ils ont incendié un véhicule vers 8h30 pour attirer l'attention ; les pompiers et la gendarmerie sont sur place. Les militants d'extrême-droite entendent protester contre l'arrivée dans la commune de 160 Rroms, dont de nombreux enfants, et réclament une entrevue avec le préfet, Michel Delpuech.

Le bâtiment occupé se trouve sur un ancien site de la Protection judiciaire de la jeunesse qui compte 10 hectare et plusieurs autres bâtiment dont l'un abrite déjà 85 réfugiés, a indiqué Serge Vignon, adjoint au maire de Saint-Genis-les-Ollières. Si l'élu prend avec philosophie l'action des Identitaires, il précise que la mairie est inquiète des conditions dans lesquelles pourraient être hébergées les familles Roms, dont l'arrivée pour début novembre a été signifiée par le préfet le 11 septembre.

Un site insalubre et une cohabitation délicate

Le préfet Michel Delpuech souhaite reloger dans des préfabriqués "80 à 160 personnes" issues du démantèlement des trois principaux bidonvilles de Saint-Priest, la Feyssine et Vaulx-en-Velin. La mairie de Saint-Genis-les-Ollières indique que le maire n'a pas encore signé le permis de construire pour les préfabriqués, et que le site est un ancien fort présentant des conditions de sécurités précaires : présence d'anciennes galeries souterraines, d'amiante, etc.

Par ailleurs, la possible cohabitation de ces familles avec les 85 réfugiés déjà présent à cet endroit inquiète les autorités municipales. D'après Serge Vignon, le préfet a annulé une réunion publique prévue le 13 octobre dernier et à laquelle 500 personnes se seraient présentées.

Mise à jour : L'occupation des lieux a cessé vers 14h. Le candidat FN aux régionales Christophe Boudot s'est rendu sur place et a félicité, via son compte Twitter, le groupe Reybene pour son initiative.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut