A Lyon, le FN euphorique après la qualification de Marine Le Pen

Les soutiens locaux de Marine Le Pen ont fêté la qualification de leur candidate depuis leur QG de campagne du cours de Verdun, dans le quartier de Perrache. Les résultats à Lyon et dans le Rhône, où le Front national arrive respectivement en 5e et 4e position, sont pourtant bien en-deça de la moyenne nationale. Si bien que les législatives s'annoncent difficiles.

"Marine présidente !". Il est 20 heures à la permanence FN du cours de Verdun ce dimanche de premier tour, et les militants sont extatiques. Le visage de Marine Le Pen vient d'apparaître sur l'écran géant du QG aux côtés de celui d'Emmanuel Macron. Des applaudissements fournis suivent l'annonce des résultats et cette "qualification tant attendue", comme l'interprètera Muriel Coativy, secrétaire départementale, un peu plus tard. La tension retenue depuis plusieurs heures éclate en une inévitable Marseillaise. Le champagne est sabré.

"Les routiers avec nous"

On sirote coupettes, bières et rosé sur la terrasse improvisée alors que des klaxons résonnent depuis l'échangeur de Perrache. Sans que l'on sache bien s'ils sont amicaux. Dans les voitures les drapeaux, plus jaunards que tricolores, semblent davantage trahir la joie de supporters clermontois heureux de la victoire sur le Leinster à Gerland d'ailleurs. Qu'importe, les militants ont leur propre lecture. "Tiens vous voyez, ça c'est les routiers, ils sont avec nous !", avance l'un d'eux.

Les bulles avalées et l'euphorie digérée, le refrain de l'anti-système reprend le dessus. Jamais bégayé même lorsque l'on rappelle que les élus Front national, Marine Le Pen et son immunité parlementaire en tête, sont désormais bien intégrés à ce système. Une rhétorique alimentée par les réactions télévisés des politiques qui appellent à voter Emmanuel Macron au second tour. Les "vendus", à l'attention de Benoît Hamon notamment, et autres huées pleuvent en cette douce soirée printanière.

"Scandalisé par l'attitude de Wauquiez"

L'allocution du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve est ainsi copieusement sifflée. Pour Damien Monchaud, conseiller municipal à Vénissieux, "Hollande est président de tous les Français, il n'a pas à exprimer de consignes de vote". Dans la même veine, le conseiller régional Front national Antoine Mellies nous déclare être "scandalisé par l'attitude de Laurent Wauquiez". "Les Républicains ont fait campagne en disant qu'Emmanuel Macron était le pire du pire et aujourd'hui ils appellent à voter pour le pire du pire, fulmine-t-il. Ils auraient au moins pu appeler au ni-ni. Laurent Wauquiez aurait été cohérent avec sa politique, avec sa 'supposée' politique, à la Région".

Le second tour en ligne de mire, Agnès Marion, conseillère régionale dit ne pas craindre de "front républicain" comme en 2002. Et enchaîne sur un premier appel du pied aux réseaux Sens commun et Manif pour tous. Une stratégie partagée par les militants. "Avec les électeurs de Fillon, il n'y a pas grand-chose qui nous sépare", confie un déçu du sarkozisme désormais adhérent au FN. "Nous sommes prêts à aller vers eux", abonde un autre venu en famille.

Trouver des réserves de voix, tel sera le défi du FN dans les deux semaines à venir. Notamment dans le Rhône, où les résultats ne sont pas à la hauteur de la moyenne nationale. Le parti frontiste ne fait que 8,86 % à Lyon (5e position), 13,51 % dans la Métropole (4e) et 16,26 % dans le Rhône (4e). Pas forcément de bonne augure pour les candidats investis aux législatives, qui voyaient cette présidentielle comme une prise de température."Le plus important, c'est d'avoir absolument un groupe à l'assemblée", analyse un militant. Et pour le Rhône la tâche s'annonce ardue. Même là où le FN a ses chances, dans les 9e, 11e et 14e circonscriptions.

*Christophe Boudot n'était pas à la permanence FN. "Il est sur la sous-préfecture, à Villefranche", nous a expliqué Muriel Coativy. A son arrivée en préfecture, à Lyon, lui qui se plaint de ne pas être interrogé par Lyon Capitale a une nouvelle fois refusé de répondre à nos journalistes.

Lire aussi : Les réactions des politiques lyonnais après le 1er tour de la prsidentielle 2017

1 commentaire
  1. inesP - lun 24 Avr 17 à 17 h 34

    Le PS est trop fort et Hollande est un génie ! Je rigole pas... Ils ont fait le vieux coup de 'good cop / bad cop' et tout le monde s'est fait piégé (a commencer par les électeurs qui ont voté Macron en pensant ne pas voter pour le PS). Du coup, le PS fait semblant d'avoir perdu mais, c'est du théâtre. Il restera au pouvoir avec toute la clique (Cambadélis, Dray, Attalii... et même Valls) qui a juste changé d'étiquette ! Bien sur la droite la plus bête du monde, LR, n'a rien compris à ce tour de passe-passe et appelle a voter pour eux ! MDR ! Les Francais sont vraiment des veaux !!! Vivement qu'ils se fassent grand-remplacer !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut