Les bureaux de la Commission européenne, à Bruxelles © Emmanuel Dunand / AFP
Les bureaux de la Commission européenne, à Bruxelles © Emmanuel Dunand / AFP
Article payant

Lobbys : les “portes tournantes” bruxelloises

Autour des institutions européennes, qui fixent la plupart des règles du jeu pour les entreprises des pays membres, la pression des lobbys est colossale. Ils ont un rôle bien défini dans le processus de décision. La transparence accrue n’empêche pas une forte porosité entre les élus et les entreprises.

Bruxelles n’est pas que la capitale de l’Europe. C’est aussi celle des lobbys. Aucun cabinet d’influence digne de ce nom ne fait l’impasse sur une représentation au Parlement européen et à la Commission. En fixant des normes applicables à l’ensemble d’un continent, ces instances attirent forcément les défenseurs d’intérêts particuliers. En 2017, le Conseil européen de l’industrie chimique, qui regroupe les branches professionnelles de presque tous les pays de l’Union européenne, a dépensé plus de 12 millions en activités de lobbying. Ce groupement dispose de 47 salariés à plein temps pour mener ses actions. Un rapport de l’European Corruption Observatory, une ONG qui milite pour plus de transparence, souligne que les cabinets d’influence et les entreprises emploient autant de salariés que les services du Parlement et de la Commission européenne : environ 30 000 collaborateurs. Autour des instances européennes, les représentants d’intérêts ont un rôle à part. Ils peuvent déambuler dans les couloirs du Parlement, mais doivent se signaler comme lobbyistes. “À Bruxelles, le lobbying fait partie de l’architecture institutionnelle”, note Philippe Blacher, professeur de droit constitutionnel à Lyon 3.

Il vous reste 63 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Thierry Coste, lobbyiste des chasseurs, et Gilles Chabert, conseiller montagne de Laurent Wauquiez © Brut / MaxPPP (montage LC)
Gilles Chabert, le conseiller spécial Montagne de Laurent Wauquiez, possède un carnet d’adresses bien rempli. Quant à Thierry Coste, le lobbyiste en chef des chasseurs, il a courroucé Nicolas Hulot, qui l’a mentionné au rayon des raisons l’ayant poussé à démissionner – une parmi les nombreuses victoires enregistrées par les chasseurs depuis le début du quinquennat Macron.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut