Supporters interdits lors du derby OL-ASSE : les Stéphanois déboutés

L'AS Saint-Etienne et l’Association nationale des supporters ont été déboutés de leur demande d'annulation de l'arrêté préfectoral interdisant le déplacement de supporters stéphanois pour le derby qui a eu lieu à Lyon le 23 novembre 2018.

Statuant en urgence ce mercredi, le juge des référés du tribunal administratif la demande de suspension de l'arrêté préfectoral interdisant le déplacement de supporters stéphanois pour le Derby qui a eu lieu à Lyon en novembre 2018. La demande d'annulation a été formulée par le club stéphanois et par l’Association nationale des supporters.

Des demandes rejetées sur le fond. “Les juges relèvent qu’un antagonisme ancien oppose les deux équipes. Depuis le début des années 2010, les deux groupes de supporters soutenant les équipes de l’OL et de l’ASSE se sont régulièrement opposés occasionnant des troubles importants à l’ordre public, en marge ou à l’occasion de rencontres opposant les deux équipes. Quelques semaines avant le prononcé de cette interdiction d’accès au stade, des supporters stéphanois ont été impliqués dans des faits de violences, notamment à l’égard des forces de l’ordre chargées de sécuriser les rencontres.Ces troubles répétés ainsi que les violences commises lors d’une précédente rencontre pourtant sécurisée par les forces de l’ordre conduisent le tribunal à considérer qu’aucune mesure moins contraignante n’aurait été de nature à éviter la survenance de troubles, confirmant ainsi son caractère proportionné”, est-il écrit dans le jugement. 

à lire également
Ralentie en début d’année par le mouvement des avocats contre la réforme des retraites, l’institution judiciaire a été paralysée près de deux mois par les mesures de confinement. Malgré une reprise progressive de l'activité au tribunal depuis le 11 mai, un important retard dans les dossiers s’est accumulé. Au pénal, pendant cette période, seules les urgences sont traitées, en comparutions immédiates. Urgences vitales pour les femmes battues, alors que les affaires de violences conjugales se succèdent tous les après-midi.
Faire défiler vers le haut