Lyon : les chauffeurs roumains n'avaient que 3h de pause par jour

Une entreprise de transport en poids lourds va être jugée pour avoir enfreint la réglementation du temps de travail. Ses chauffeurs n'avaient en moyenne que trois à cinq heures de repos par jour. 

Le 1er août dernier, un contrôle routier était réalisé sur un poids lourd dans le port Édouard-Herriot (Lyon 7e) par la compagnie de sécurité routière du Rhône. Les policiers ont procédé à la vérification  de deux ensembles routiers d’une même société de transport de marchandises basée en Roumanie qui était déjà connue de leur service. 

Lors de ce contrôle, les agents ont découvert que les chauffeurs, en double équipage, masquaient des périodes de conduite et de travail en retirant leur carte de conducteur du chronotachygraphe. “Le but de cette fraude permettait aux équipages d’effectuer les opérations de chargement et de déchargement des marchandises pendant leurs temps de repos journaliers respectifs”, explique la DDSP du Rhône. 

Les chauffeurs n'avaient, en moyenne, qu'entre trois et cinq heures de repos par jour. Les deux véhicules ont été immobilisés pour une durée de 45h. Les repos inférieurs ou égal à 45h étant interdits dans le camion, les quatre chauffeurs ont dû être hébergés à l’hôtel aux frais de leur employeur. La société de transport a dû payer une consignation de 49 255 euros dans l’attente de son jugement par le tribunal correctionnel de Lyon en février prochain. 

4 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 9 août 2019

    Encore un des innombrables exemples des bienfaits de l'utilisation du fric : on écrase les humains pour en faire encore plus sur leur dos.
    Idem pour la cascade de dangers créés par ce non respect de temps de repos (accidents meurtriers, destruction de la santé des chauffeurs, etc).

  2. Galapiat - 9 août 2019

    qu'elle est belle cette Europe où les "saigneurs de travailleurs" sont à l’œuvre. Une législation dictée par Bruxelles c'est toujours le moins disant qui l'emporte sous la haute autorité de Pénicaud cette ex Danone , ses 9000 licenciements et la récompense qui va bien avec.

    1. Abolition_de_la_monnaie - 9 août 2019

      Rien à voir avec l'Europe vu que l'exploitation de chauffeurs avec le chantage au chômage a toujours existé (quand le chômage permet ce chantage).
      Pour la baisse de coûts, normal dans un monde où la monnaie exige la rentabilité. Pourquoi à votre avis les produits chinois se vendent si bien ? Parce qu'ils sont plus chers ?
      Quant aux allé-et-retours public-privé, à moins d'être dans une dictature qui condamne une personne à "toujours êtres dans le public" ou "toujours être dans le privé", vous ne vous sortirez pas de ce problème d'influence dont le but est "les intérêts liés au fric"...
      :o)

  3. Galapiat - 9 août 2019

    avant l'Europe s'appliquait en France uniquement la législation française qui permettait aux instances , inspection du travail de contrôler l'application des règles. Un petit tour aux prudhommes calmaient les plus virulents , j'en ai usé.mais pauvre Abo , enfermé dans ta brume anti monnaie tu es à des lieues de la vie au quotidien. que viennent faire les produits chinois qui eux voyagent en Tankers, sont de pales copies de nos créations,

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut