Loi Travail : cinq personnes interpellées pour des jets de projectiles

Quatre mineurs âgés de 14 à 17 ans et un homme de 21 ans ont été interpellés vendredi matin pour différents motifs. Ils participaient à des rassemblements spontanés près d'établissements scolaires pour protester contre la loi Travail.

Plusieurs établissements scolaires en périphérie de Lyon ont vu des rassemblements spontanés se former à proximité pour protester contre la loi Travail le 8 avril dernier. Cinq personnes dont quatre mineurs ont été interpellés. Aux abords d'un lycée de Décines, deux adolescents de 14 et 16 ans ont été arrêtés pour avoir jeté des projectiles en direction des policiers présents sur les lieux ainsi que sur l'établissement. Le plus âgé a également incendié un container à poubelles.

Le mineur de 16 ans est passé devant un juge le lendemain pour "dégradations volontaires de biens par incendie et avec arme par destination" et est ressorti libre avec une ouverture d'information. Celui de 14 ans comparaîtra le 06 juin prochain.

Des débordements ont également eu lieu près de certains établissements scolaires de Vaulx-en-Velin. En marge de ces débordements, deux mineurs de 17 ans et un homme de 21 ans ont également été interpellés pour des jets de projectiles sur des policiers et en direction des établissements scolaires, faisant un blessé parmi les agents présents et occasionnant des dégâts sur un lycée.

Les trois individus sont passés devant le parquet pour « violences volontaires aggravées avec arme par destination, dégradations volontaires de biens publics et rébellion en réunion ». Les deux jeunes ont été laissés libres avec ouverture d'information. Le seul majeur interpellé est également libre avec remise d'une convocation par procès-verbal.

à lire également
En marge de la victoire de l'Algérie lors de la Coupe d'Afrique des Nations, des pillages avaient eu lieu dans certains commerces à Lyon. Un individu a été retrouvé grâce à une casquette laissée sur place. 
1 commentaire
  1. spacelex - 12 avril 2016

    Les noms de ces citoyens? Au moins pour les majeurs. Une certaine pudeur à ne pas nommer ni qualifier de potentiels extrémistes de gauche ou des délinquants? Si seulement cette pudeur pouvait s'appliquer à tous ... la pudeur pour tous !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut