Palais de justice de Lyon - Balance
© Tim Douet

Le budget presque “gagnant” du ministère de la Justice

Dans le cadre de la présentation du budget 2015, ce mercredi, la justice bénéficie d’une hausse de 2,3 %. Ce ministère est l’un des quatre connaissant un budget en augmentation. En ces temps de contraintes budgétaires, Christiane Taubira ne peut que se satisfaire. Sauf qu’au niveau européen la France demeure à la traîne.

Christiane Taubira, la garde des Sceaux, a bien sûr souligné avec satisfaction cette augmentation. “Nous sommes un des quatre budgets qui progresse, avec un effort soutenu sur la création d'emplois”, a-t-elle tenu à préciser, en évoquant “la réforme de la justice du XXIe siècle”. Avec un total de 7,98 milliards d'euros, le ministère de la Justice permettra l'embauche de 1 834 personnels sur trois ans, dont 600 en 2015.

94 nouveaux greffiers et magistrats

Le budget des services judiciaires s'élève, lui, à 3,079 milliards d'euros. 94 postes de greffiers et de magistrats devraient être créés. Pour Christiane Taubira, ces créations visent à accompagner les différentes réformes lancées en 2014, comme la réforme pénale ou celle de la justice du XXIe siècle.

L’administration pénitentiaire, la grande gagnante

L'administration pénitentiaire bénéficie principalement de la hausse budgétaire, puisque son budget augmente de 5,2 % à 3,396 milliards d'euros. 528 emplois seront créés et 300 emplois dans les SPIP (services pénitentiaires d’insertion et de probation) verront le jour, notamment pour la mise en œuvre de la réforme pénale.

Les investissements porteront également sur le parc immobilier pénitentiaire. Un milliard d'investissement est prévu pour les trois ans à venir, afin de créer quelque 4 000 places de prison supplémentaires.

L'aide juridictionnelle, dont les avocats ne cessent de revendiquer la réforme, voit son enveloppe augmenter de 10 % et se monte désormais à 345 millions d'euros.

Pourtant, la France ne dépense que 0,2 % de son PIB/hab pour la justice

En 2012, selon la dernière étude de la commission du Conseil de l'Europe pour l'efficacité de la justice, la France ne dépense que 0,20 % de son PIB par habitant pour son système judiciaire (hors administration pénitentiaire).

Sur 40, elle se classait 34e. Ainsi comptait-elle, il y a deux ans, 5 855 juges professionnels qui siégeaient en juridiction. Cela représentait 10,7 juges pour 100 000 habitants, quand la moyenne européenne était à 21,3. Le ratio était pratiquement identique chez les avocats. Avec 79,6 pour 100 000 habitants, la France était loin des 127,1 de moyenne. En revanche, notre pays se singularise par sa quantité de notaires. Deux fois plus que la moyenne européenne.

à lire également
Palais de justice de Lyon © Tim Douet
L’homme soupçonné d’avoir provoqué feux de poubelles et de voitures le 24 mars au soir n’avait pas été entendue, les policiers redoutant qu’il ne soit atteint du coronavirus. Testé négatif, il doit être présenté au parquet ce 28 mars.
Faire défiler vers le haut