justice

Deux ans de prison en plus, pour avoir séquestré un surveillant

Le prisonnier qui avait séquestré un surveillant à la maison d'arrêt de Villefranche sur Saône dimanche pour réclamer son transfert a été condamné à deux ans d'emprisonnement supplémentaires mais à Bourg-en-Bresse… comme il le souhaitait.

Deux ans de prison supplémentaires. Voilà ce dont a écopé le détenu qui a séquestré un surveillant de la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône pendant deux heures, dimanche matin. Le but de son action : exiger son transfert vers la prison de Bourg-en-Bresse.

Selon le récit du Progrès, ce geste n'avait rien de spontané et avait été longuement prémédité. Le prévenu, âgé de 23 ans, avait demandé à voir le Premier surveillant du quartier disciplinaire dans son bureau pour évoquer un certain malaise. C'est là qu'il aurait sorti de son pantalon un morceau de faïence. Il aurait alors bloqué la sortie du bureau avec du mobilier. Ce n'est qu'à force de négociations que le surveillant sera finalement relâché.

Personnalité agressive, psychotique et dépressive

L'examen approfondi du lourd casier judiciaire du jeune prisonnier ne plaide pas en sa faveur. Incarcéré en 2013 à la prison de Moulin pour vol avec arme, le jeune homme se fait remarquer par l'administration pénitentiaire pour ses insultes envers le personnel de la prison. Des codétenus le redoutent même. Il est alors transféré vers Villefranche il y a tout juste un an. Une expertise psychiatrique menée à l'époque avait conclu que le jeune homme avaient des capacités intellectuelles limitées, une personnalité agressive, psychotique et dépressive.

2 ans de prison en plus, à Bourg-en-Bresse

Lors de son audience en comparution immédiate mardi, le prévenu a assuré à la cour vivre une détention particulièrement difficile à Villefranche-sur-Saône. Un argument que le tribunal a peut-être entendu, puisque s'il a condamné le jeune homme à deux ans de prison supplémentaires, il purgera sa peine à Bourg-en-Bresse, comme il le souhaitait.

1 commentaire
  1. laure - jeu 20 Août 15 à 12 h 24

    NON ! Il n'a pas dit 'à la cour', puisqu'il était au TGI et pas devant la cour d'appel. Au TGI, il a dit au tribunal................ (

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut