Gendarmes
©LOIC VENANCE / AFP

Comment trois Lyonnais ont arnaqué en ligne 8 000 personnes

Trois chefs d'entreprises lyonnais ont été arrêtés. Ils seraient derrière une vaste arnaque en ligne, et auraient abusé de 8 000 personnes. Comment ont-ils procédé ?

L'information est dévoilée par France Inter et Le ParisienMardi matin, trois chefs d'entreprises Lyonnais, millionnaires, ont été arrêtés par les gendarmes. Deux d'entre-eux travaillaient dans le secteur des assurances, ils étaient surveillés depuis plusieurs mois après l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris, spécialisé dans la criminalité informatique. Ils auraient mis en place une plateforme "d'aide en ligne" et auraient arnaqué autour de 8 000 personnes.

Message d'erreur et maintenance en ligne

Leur mode opératoire était simple : en naviguant en ligne, les internautes voyaient apparaître un message expliquant que leur ordinateur était infecté. L'alerte était accompagnée d'un numéro surtaxé qui était censé fournir une aide pour débloquer la machine. Les messages étaient menaçants et avertissaient sur les risques de perdre ses données ou de voir son disque dur détruit. Les victimes qui appelaient alors le numéro se voyaient proposer une maintenance à distance, facturée entre 200 et 500 euros. Selon nos confrères, l'arnaque aurait permis de récupérer 2 millions d'euros. Le système était clairement basé sur la peur, les machines n'étaient jamais menacées et il suffisait de redémarrer son ordinateur pour que tout rendre dans l'ordre.

L'enquête se poursuit sur cette arnaque de grande ampleur. Quant à ceux qui seraient confrontés un jour à ce type de message : la meilleure arme contre les escrocs du web est de garder son calme, de redémarrer sa machine, et si le problème persiste, ne jamais verser le moindre centime, ni d'appeler un éventuel numéro qui s'affiche sur l'écran. Mieux vaut toujours se tourner vers le service après-vente de sa machine ou un réparateur professionnel. Une grande partie des arnaques en ligne n'est pas basée sur le matériel, mais sur la faille entre l'écran et le clavier : nous.

à lire également
Serge Deygas, bâtonnier du barreau de Lyon © Antoine Merlet
Entré en fonctions le 1er janvier avec sa vice-bâtonnière, Joëlle Forest-Chalvin, le successeur de Farid Hamel débute son mandat par un important mouvement social. Comme dans le reste du pays, les avocats du barreau de Lyon sont mobilisés depuis le début de l’année dans une retentissante grève contre la réforme de leur caisse de retraite. Ils ont perturbé la rentrée solennelle de la cour d’appel, boudée par Serge Deygas, et retardé la tenue du procès Preynat, pour signifier leur opposition à une refonte qui les verrait perdre leur indépendance, cotiser plus pour toucher moins à la retraite.
1 commentaire
  1. Otirykus - 1 février 2019

    A part des câbles, il n'y a rien entre l'ecran et le clavier....

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut