Michel Neyret et Gilles Benichou © Photomontage de Tim Douet

Affaire Neyret : vers un procès version Gilles Benichou ?

Le procès pour corruption de l'ancien numéro 2 de la PJ lyonnaise est terminé. Mais son "amigo", Gilles Benichou, extradé depuis le Maroc, pourrait faire appel de sa condamnation par contumace, ouvrant la voie à une nouvelle exposition de l'affaire devant les tribunaux.

Il était le grand absent du procès pour corruption du commissaire Neyret. Figure du milieu lyonnais, c'est pourtant son verbe prolixe qui a déclenché toute l'affaire. Gilles Benichou, corrupteur présumé de l'ancien numéro 2 de la PJ, a été arrêté au Maroc le 16 août dernier après deux ans de cavale et une utilisation avertie de son passeport israélien. Dans son édition du jour, Le Progrès précise que l'information a été confirmée par le parquet de Paris : la procédure d'extradition du Maroc vers la France est en cours. Sous la plume de Richard Schittly, auteur d'un livre sur cette affaire*, le quotidien rappelle que Gilles Benichou peut faire appel de la décision de justice qui l'avait condamné à 5 ans de prison ferme et à 100 000 euros d'amende. L'ex-commissaire de la PJ pourrait ainsi de nouveau être interrogé comme témoin.

En effet, toute l'affaire repose sur l'enregistrement de conversations téléphoniques de Gilles Bénichou dans le cadre d'écoute dans une affaire de trafic de drogue à l'international. La première piste des enquêteurs de la police des polices est née de la phrase de Gilles Bénichou évoquant au sein de la police "un joker qui ne pouvait rien lui refuser". Un personnage devenu au fil du temps un "ami" du commissaire Neyret alors qu'il avait pourtant été radié de la liste des indics de la police en 2000 pour son manque de fiabilité. Entre 1996 et 2009, l'homme a été condamné neuf fois pour fraude fiscale, transport de fausse monnaie, extorsions ou séquestration. Décrit comme le principal corrupteur du commissaire lors du procès, Gilles Benichou aurait "donné" à l'ancien flic près de 30 000 euros en cadeaux et numéraire. "Depuis que tu lui donnes du fric, c'est plus le même", lui lançait au téléphone l'épouse de Michel Neyret dans l'un des enregistrements. De son côté, le commissaire Neyret considérait dans cette affaire Gilles Benichou comme un "ami qui l'a trahi" et a brillé par son absence à l'heure des décisions de justice.

*Richard Schittly, Commissaire Neyret – Chute d’une star de l’antigang, éditions Tallandier, 2016.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut