25 ans requis contre le meurtrier de la rue Paul Bert

25 ans de prison ont été requis par l’avocat général de la cour d’assises contre Saïd Mohammed Djama, le meurtrier de la rue Paul-Bert.

En juin 2012, le corps de Faïsa Charif Ali, 38 ans, est retrouvé sans vie au domicile de son conjoint, Saïd Mohammed Djama. 28 plaies par armes blanches ont été constatées, dont quatre considérées comme mortelles. Un couteau ensanglanté est retrouvé à côté du corps par la gendarmerie.

C'est d'ailleurs l'accusé qui a alerté les pompiers. Le jour du drame, il se trouve à côté du corps et précise qu’il "se sent mal et [qu'il] a fait une bêtise". Après expertise, les limiers retrouvent des empreintes sur le manche du couteau appartenant à Saïd Djama. Très vite, l'accusé reconnaît les faits : "Pourquoi j'ai ôté la vie à cette femme, qui était mère de quatre enfants, je ne sais pas...", déclare-t-il à la barre. Ses explications ? Elles restent parcellaires. Il dit ne plus se souvenir des faits et avoir un "trou noir pendant trois jours" mais assure qu'une dispute avait éclaté.

Le délibéré sera rendu dans la journée.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut