La Réunification des 2 Corées, de Joël Pommerat (photo de répétition) © Elizabeth Carecchio
La Réunification des 2 Corées, de Joël Pommerat (photo de répétition) © Elizabeth Carecchio

Théâtre : Pommerat, Molière… les pièces à voir à Lyon cette semaine

… “à Lyon”, façon de parler, puisque l’événement théâtral de la semaine a lieu au TNP (Villeurbanne) et que l’autre spectacle à ne pas rater est joué à la Mouche (Saint-Genis-Laval). Mais les scènes lyonnaises ne sont pas en reste. Bon début d’année théâtral, à Lyon ou ailleurs.


L’événement : Pommerat au TNP

La Réunification des deux Corées, de Joël Pommerat (photo de répétition) © Elizabeth Carecchio
La Réunification des deux Corées, de Joël Pommerat (photo de répétition) © Elizabeth Carecchio

Auteur et metteur en scène incontournable, Joël Pommerat avait été accueilli par le TNP et les Célestins en 2016 pour son spectacle sur la révolution française, Ça ira (1) Fin de Louis. On retrouve une bonne partie des comédiens de celui-ci dans La Réunification des deux Corées. À travers une série de situations concrètes, Pommerat se penche dans cette pièce qui lui a valu le prix Beaumarchais du Meilleur Auteur 2013 sur les liens amicaux, familiaux ou amoureux qui nous unissent – ou nous séparent. De petites fictions, intimes et humoristiques, inspirées par Bergman, Schnitzler ou Tchekhov, sont jouées dans un dispositif bifrontal, afin que la scène soit le lieu qui réunit autant qu’il sépare. Connaissant la finesse psychologique, l’intuition politique et l’intelligence scénique de Joël Pommerat, on s’attend à l’un des tout meilleurs moments de cette saison théâtrale. (Toutes les dates sont complètes a priori, si vous n’avez pas pu réserver il faudra parier sur les désistements de dernière minute sur place.)

Joël Pommerat/La Réunification des deux Corées – Du 10 janvier au 1er février au TNP


La teuf du Misanthrope à la Croix-Rousse

Le Misanthrope – Mise en scène Thibault Perrenoud © Alice Colomer
Le Misanthrope – Mise en scène Thibault Perrenoud © Alice Colomer

Après celui de Louise Vignaud l’an dernier (repris à Villefranche en mars), on est curieux de découvrir le Misanthrope d’un autre jeune metteur en scène, Thibault Perrenoud, de la compagnie parisienne Kobal’t, cette semaine à la Croix-Rousse. Les spectateurs y sont accueillis en musique, avec sodas, bières et énormes paquets de chips, dans une ambiance de soirée copieusement arrosée. On boit, on mange, on danse, on s’amuse… La teuf se déroule chez Célimène, héroïne de la comédie de Molière, objet de toutes les convoitises. Une atmosphère festive qui n’empêchera en rien les masques de tomber, ni les conventions d’être mises à bas. Comme le veut cette tragi-comédie indémodable.

Molière/Le Misanthrope du 9 au 18 janvier à 20h (sauf samedi 19h30 et dimanche 15h) au théâtre de la Croix-Rousse

–> Bord de scène : rencontre avec l’équipe à l’issue de la représentation le 16 janvier


Voix d’ailleurs à l’Élysée

Terres closes, de Simon Grangeat (photo de répétition) © Salomé Blechman
Terres closes, de Simon Grangeat (photo de répétition) © Salomé Blechman

La petite salle de la Guillotière où Jacques Fayard poursuit son inlassable travail d’exploration des nouvelles générations de comédiens et de metteurs en scène propose cette semaine de découvrir l’écriture singulière de Simon Grangeat, qui donne voix à des immigrés clandestins dans Terres closes.

Simon Grangeat / Terres closes du 7 au 11 janvier à 19h30 au théâtre de l’Élysée (Lyon 7e/Guillotière)


MAIS AUSSI…

La Cerisaie, de Tchekhov, par le Tg STAN © Koen Broos
La Cerisaie, de Tchekhov, par le Tg STAN © Koen Broos

La Cerisaie de Tchekhov par le collectif Tg STAN – samedi (COMPLET) et dimanche, en clôture de “L’Invitation à la beauté”, au théâtre La Mouche (Saint-Genis)

Fracassés, une pièce sur “le passage à l’âge adulte, les illusions perdues” de la rappeuse britannique Kate Tempest – du 8 au 17 au Point-du-Jour (programmation des Célestins)

Les Frustrées, inspiré des albums de Claire Bretécher – du 9 au 14 aux Clochards-Célestes

et En attendant Bojangles, l’adaptation du roman d’Olivier Bourdeaut, samedi au Toboggan

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut