Leonard Slatkin dirigeant l’ONL © David Duchon-Doris
Leonard Slatkin dirigeant l’ONL © David Duchon-Doris

ONL : Slatkin de retour en France

Absent du concert d’ouverture de saison, le directeur musical de l’ONL Leonard Slatkin fait sa rentrée en grande pompe à l’occasion de deux concerts symphoniques aux programmes plantureux…

Pour son entrée en scène cette saison, le maestro en chef de l’Auditorium a vu gros. À travers deux programmes “faux jumeaux” (des œuvres en commun et d’autres pas), le maître de maison aura largement l’occasion d’exposer argenterie et porcelaine rare à travers une dînette de gala dont le fil conducteur sera la musique française. Et quelle musique ! La Mer de Claude Debussy, sublime fresque parfumée aux embruns à l’orchestration subtile tout en ambiguïté dans la gestion des timbres, fera écho aux Tableaux d’une exposition de Moussorgski dans leur célébrissime orchestration réalisée par Maurice Ravel, magicien de l’exercice, comme l’illustrera également son Tombeau de Couperin. À noter que cette dernière œuvre sera pour l’occasion “augmentée” des deux mouvements que Ravel n’a pas portés lui-même du piano à l’orchestre. C’est le compositeur français Thierry Pécou qui s’est vu commander ces menus ajouts et la lourde tâche de relever le défi.

Au programme également, le concerto pour piano n° 2 de Rachmaninov, interprété par Lukas Geniusas, tandis que les cinéphiles et téléphiles auront le plaisir de (ré)entendre le fameux Adagio de Samuel Barber, tube planétaire utilisé entre autres dans les bandes originales de Platoon, Elephant Man ou du Fabuleux Destin d’Amélie Poulain.

Debussy / La Mer – Mercredi 31 octobre à 20h à l’Auditorium de Lyon

Moussorgski / Tableaux d’une exposition – Vendredi 2 novembre, même lieu, même horaire


[Article publié dans Lyon Capitale n°781 – Octobre 2018]

à lire également
Enfant et sortilèges Insectes opéra 2016
Reprise de L’Enfant et les Sortilèges de Ravel à l’opéra à partir de ce jeudi, Turangalîla de Messiaen en attendant les Circlesongs de Bobby McFerrin à l’Auditorium. Il y aura grandement de quoi oublier la neige, si neige il y a, cette fin de semaine dans les salles lyonnaises.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut