"Si c'était lui"

Mais le dernier film d'Anne-Marie Etienne ne tient pas ses promesses...

Si c'était lui...*

D'Anne-Marie Etienne
Avec Marc Lavoine, Carole Bouquet, Florence Foresti...
Comédie Romantique. France. 1h28

Valentin a tout perdu : sa petite amie, son job et son appartement. Il squatte chez un oncle absent dans les beaux quartiers de la capitale. Sur le même palier, Hélène et son fils Jérémy. Elle, auteur à succès forte et indépendante, dénonce à travers ses livres les inégalités sociales et tous les a priori. Entre eux, un chat en manque de repère, un fils en quête de père, une sœur névrosée et un éditeur coincé ...

Anne-Marie Etienne nous vient du théâtre mais signe avec Si c'était lui... son troisième long-métrage. L'idée de cette fiction a germé après lecture d'une statistique : 98 % des gens se marient dans leur milieu socioculturel. Quoi de mieux alors pour une comédie romantique que de se jouer des clivages ? Le casting paraît ici idéal avec une Carole Bouquet plus bourgeoise que nature et un Marc Lavoine roturier qui troc son charme naturel pour un bleu de travail crasseux et des cheveux en bataille. L'habituelle armée de seconds rôles sympathiques est également de la partie, avec, en tête de gondole, une Florence Foresti égale à elle-même, parfaite dans ce personnage de sœur célibataire qui a bien du mal à trouver un mari. Malheureusement, un bon casting ne fera jamais un grand film. Les dialogues, nerf de la guerre de ce type de comédie, paraissent ici bien trop écrits et tombent souvent à côté. Le scénario, quant à lui, cousu de fil blanc, s'aventure sur un terrain extrêmement glissant, désireux de placer cette romance sur fond de problèmes sociaux tels l'exclusion à grand coup de stéréotypes. Certains anodins, comme cette bourgeoise écoutant Wagner en lisant un bouquin, dérangée par son chômeur en fin de droit de voisin, peu porté sur la lecture, qui préfère écouter du hard rock. D'autres sont beaucoup plus pernicieux, à l'image des réactions de stupeurs quasi systématiques qu'engendrent les arrivées de Marc Lavoine dans les milieux huppés fréquentés par Carole Bouquet. Si bien qu'au final, sous couvert d'une comédie romantique inoffensive et lisse à la veille des fêtes de noël, Si c'était lui... véhicule bon nombre de clichés. Et puisqu'il est plus politiquement correct de s'en prendre aux riches qu'aux défavorisées, ce sont bien souvent les bourgeois qui paient l'addition. Pas de quoi hurler au scandale pour un film qui se voudrait plein de bons sentiments mais qui gratte tout de même un peu à l'encolure.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut