Bernar Venet et son “Effondrement : 200 tonnes”, Le Muy, 2017 © Gérard Schachmes/ Adagp, Paris, 2018
Bernar Venet et son “Effondrement : 200 tonnes”, Le Muy, 2017 © Gérard Schachmes/ Adagp, Paris, 2018

Rétro : Bernar Venet, 50 ans d’art conceptuel

À 77 ans, Bernar Venet, ami d’Arman, a participé à bien des aventures de César, Hains, Viallat, Villeglé, de l’abstraction, de l’art conceptuel et du minimalisme. Le MAC de Lyon lui consacre sa rétrospective de rentrée.

Tous les automobilistes ont pu croiser ses sculptures monumentales sur des sens giratoires, dans l’espace urbain ou lors d’expos un peu partout dans le monde (Versailles en 2011). Également dessinateur et peintre, Bernar (sans d) Venet poursuit son œuvre dans la répétitivité, à l’instar d’un Steve Reich, d’un Terry Riley ou de Philip Glass en musique.

De 2019 à 1959 en suivant le corten

Les 170 œuvres présentées par le musée d’Art contemporain de Lyon cet automne retracent soixante ans de pratique, de la peinture sur châssis, sur goudron, la sculpture sur acier corten (semblant rouillé) à l’astrophysique ou à la physique nucléaire qui inspirent certains de ses dessins. Pour ce “conceptuel”, compte pourtant bien le choc esthétique de la seule présence de l’œuvre dans l’espace où elle se trouve, par rapport à lui, par ses dimensions, ses matières, sa mise en scène.

On se souvient que Venet a pu faire scandale en montrant un tas de charbon devenant alors sculpture. On se souvient de ses sculptures intitulées Lignes indéterminées, de son Effondrement 200 tonnes ou de ses “arcs” en acier corten, présentés ici dans un ordre et un désordre savants.

Vue de l’exposition “Bernar Venet – Rétrospective 2019-1959”, Lyon, sept. 2018 © Blaise Adilon / MAC de Lyon
Vue de l’exposition “Bernar Venet – Rétrospective 2019-1959”, Lyon, sept. 2018 © Blaise Adilon / MAC de Lyon

L’exposition occupe trois étages du MAC et se parcourt de bas en haut, selon un ordre chronologique inversé. Ce pourquoi elle s’intitule “Bernar Venet 2019-1959”. Les œuvres sont majoritairement choisies dans la collection personnelle de l’artiste, avec des emprunts à des collections publiques et privées d’Europe et des États-Unis.

Ce jeudi 20 septembre, à l’occasion du vernissage, l’artiste réalisera plusieurs actions : de La trace de la ligne comme mémoire tangible du geste pictural à Improvisé inachevé, d’Effondrement au recouvrement glycérophtalique coloré sur carton… Et il reviendra en janvier présenter à Lyon ses toutes dernières créations.


Bernar Venet / Rétrospective 2019-1959 – Du 21 septembre au 6 janvier au musée d’Art contemporain de Lyon


[Article extrait du supplément Culture de rentrée de Lyon Capitale – distribué gratuitement avec le mensuel de septembre, n°780]

à lire également
Musée des confluences
Sous son air très impressionnant, c’est une décision très technique que vient de prendre le tribunal administratif de Lyon. Il a annulé l’arrêté du préfet de la région Rhône-Alpes portant création du “musée des Confluences”.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut