Nuits de Fourvière : votez Raskine !

Le metteur en scène Michel Raskine propose à Fourvière une pièce âpre et violente de Thomas Bernhardt, Le Président.

Longtemps Michel Raskine n’a pas voulu entendre parler de spectacles en plein air. Il avait bien trop peur que le ciel, ou l’une de ces grosses averses qui vous gâchent la fête, ne lui tombe sur la tête un soir de représentation. Artiste exigeant, bosseur acharné, il entend rendre chaque soir une copie impeccable, où éclatent la maîtrise de sa direction d’acteurs aussi bien que l’intelligence de sa lecture du texte dont il fait son miel. Volonté qui s’accommode assez mal des aléas climatiques. Mais il y eut Shakespeare...

En 2006, cédant enfin à l’insistance de l’équipe des Nuits de Fourvière, il mit en scène une pièce peu connue du grand dramaturge – Périclès, prince de Tyr – dans les vieilles pierres du théâtre gallo- romain. Cette odyssée de plus de trois heures nous emmenait en différents endroits de l’Asie mineure, à travers naufrages, tempêtes, épreuves initiatiques, coups de foudre, débauches sexuelles, rêves merveilleux et réalités sordides... Un véritable défi de mise en scène que Raskine et son équipe de comédiens relevèrent haut la main, nous offrant un de ces moments de théâtre que l’on ne peut qualifier autrement que de magique.

On attend donc avec impatience le retour de Michel Raskine à Fourvière. D’autant que c’est avec une pièce d’un auteur dont l’alacrité et l’humour conviennent parfaitement à son style. Preuve en fut livrée par la version au cordeau qu’il donna d’Au but, du même écrivain autrichien. Marief Guittier, actrice complice de Raskine, y montrait, seule sur scène, la profondeur incroyable de son talent dramatique.

On retrouve Marief Guittier dans Le Président, où Charlie Nelson et elle incarnent un couple présidentiel. Ils sont saisis juste après un attentat terroriste – auquel leur fils a peut-être participé – qui a coûté la vie à leur chien et à un colonel de leur garde rapprochée. L’occasion pour Thomas Bernhardt de donner libre cours à sa vision féroce des rapports humains, aussi bien dans le champ politique que dans celui, plus intime mais pas forcément moins conflictuel, de l’amour.

----------------

Le Président, du 15 au 28 juin, à 19h (sauf le 24, 19h30), à l’odéon de Fourvière, dans le cadre des Nuits de Fourvière 2012.

----------------

Dans Lyon Capitale le mensuel n° 712, retrouvez une sélection des Nuits de Fourvière en musique, danse, cirque… pour tout le mois de juin. En vente en kiosques jusqu’au 28 juin, et dans notre boutique en ligne.

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut