Nuits de Fourvière : Did they crash the party ?

Parce qu'il y eut du bon, et du moins bon. Voire de l'inaudible. Parce que la programmation fut contrariante, tout au moins étonnante.

A 21h15, Beat Assailant, dix potes euphorisants et pouvant faire office de formidables antidépresseurs en ces temps de grise crise, gros cuivres, grosse rythmique, phrasé ultra sautillant, termine son set par Payback. "Remboursez", en français. Prémonitoire ? Sans embarquer dans de tels extrêmes, on s'interroge sur le déroulé de la nuit : Beat Assailant programmé en premier alors qu'Of Montreal, franchement merdeux - exception faite du final progressif et très planant Past - en second ? Est-ce parce que leur pop décomplexée et décousue assurait une bonne transition avec celle à la fois empirique et franchement ensorcelante, complexe et pointilleuse, des New-yorkais de TV on the Radio, dont l'excellentissime prestation enflamma les gradins de Fourvière ?

We won't know. En tous cas, pour reprendre les paroles d'un morceau extatique de Beat Assailant, livré (trop) tôt dans la soirée et devant un public amorphe, they crash(ed) the party. Autrement dit, on les a invités (Of Montreal) là où ils ne devaient pas être.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut