André Wilms

Nuits de Fourvière : Brahms et Mahler par la banda

Les Nuits de Fourvière sont aussi parfois l’occasion de découvrir des spectacles inclassables, bien loin des sentiers battus et autres blockbusters patents. Les deux soirées concoctées par la musicbanda Franui et le lecteur-récitant André Wilms font partie de ces ovnis, moins “évidents” mais tout aussi excitants.

Suite et fin d’une trilogie consacrée à l’art du lied au XIXe siècle, Brahms Volkslieder et Mahlerlieder traduisent la volonté de mettre en miroir lieder (chansons) issus du répertoire romantique allemand et autrichien et petite respiration sous forme de proses et de fables d’auteurs modernes du début du XXe siècle.

Les micronouvelles de Robert Walser ou les 36 heures d’Ödön von Horváth feront ainsi écho aux lieder de Mahler et Brahms que la “banda” Franui entreprend, non pas d’interpréter d’une façon traditionnelle, mais plutôt de nous conter. Cette volonté de s’inscrire au-delà des conventions va de pair avec la démarche tout entière de ce jeune ensemble intrépide originaire du Tyrol oriental qui reprend l’instrumentarium original d’une Tanzkapelle (orchestre de danse typique) combinant sonorités boisées (clarinettes, saxophones), cuivres, cordes et instruments d’accompagnement utilisés à la manière d’un continuo baroque (cymbalum, harpe, guitare, accordéon).

Outre le travail d’arrangement que suppose la transposition de lieder – initialement composés pour piano et chant –, l’intégration des lectures confiées à l’excellent André Wilms confère à ce projet un caractère insolite : un véritable chantier de réappropriation mêlant les arts d’une manière personnelle et pour le moins audacieuse.

-------------------------

Musicbanda Franui/André Wilms. Dimanche 1er et lundi 2 juillet, à 21h, à l’odéon de Fourvière, dans le cadre des Nuits de Fourvière 2012.

----------------

Cet article est paru dans Lyon Capitale-le mensuel de juin.

Retrouvez notre sélection des Nuits de Fourvière pour le mois de juillet dans le mensuel de juillet-août. En vente en kiosques et dans notre boutique en ligne.

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut