© Ville de Saint-Etienne – Pierre Grasset

Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne : les dessous chics se dévoilent

Le musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne retrace les utilisations du ruban dans les sous-vêtements du XIXe siècle à nos jours et dévoile comment leur fabrication a contribué à faire évoluer les dessous chics.

En s’appuyant sur une scénographie intimiste et tournée vers la mode, l’exposition Les Rubans de l’intime rappelle l’importance de la production stéphanoise du ruban pour le linge de corps de 1841 jusqu’à aujourd’hui et présente des pièces exceptionnelles, historiques et contemporaines.

Un certain nombre d’entre elles proviennent de grandes maisons comme les guêpières de Chantal Thomass – marraine de l’exposition –, la robe corsetée de Jean-Paul Gaultier ou encore les soutiens-gorges et la lingerie de Lise Charmel et Dior.

Affiche, Corset le Furet, Leonetto Cappiello, Paris, 1901 © Bibliothèque Forney

Ponctué de tableaux, de gravures, d’iconographies, d’affiches publicitaires et d’extraits de films où des personnes s’expriment sur leur rapport à ces dessous de l’intime, le parcours permet aux visiteurs de découvrir de nombreux échantillons de rubans, leurs matières mais aussi l’approche artistique développée par les rubaniers et les passementiers.

Vue du personnel de l'usine Villard-Doron par Georges Martinier, Saint-Étienne, vers 1950-1960, Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Étienne

La rétrospective montre également, dans une salle dédiée, des métiers à tisser et de nouvelles machines avec leurs innovations techniques dans le tissage du ruban dont l’usage s’est complexifié avec l’évolution des sous-vêtements féminins et masculins.

© Ville de Saint-Etienne - Pierre Grasset

L’exposition va plus loin que la démonstration pure et propose une réflexion sur le contexte historique et culturel des dessous en posant notre rapport au corps mais aussi celui de la société. Conçus pour cacher, protéger, embellir, maintenir, corseter, gonfler, voiler, dévoiler le corps ou certaines parties, ils racontent l’histoire intime d’hommes et de femmes tout en rappelant les normes de leurs usages que ce soit celles d’une communauté ou d’une époque, les révélant comme des vecteurs d’émancipation mais aussi façonnés par des diktats moraux, politiques et esthétiques.


Les Rubans de l’intime – Exposition prolongée jusqu'au  2 janvier 2022– Musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne – www.mai.saint-etienne.fr


 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut