Hubert Munier peintre
© Viviane Lièvre

Mort du peintre Hubert Munier

Un homme simple, lumineux, qui peignait des paysages et des portraits, et dont les amis louaient l’“infinie patience”. Souvenir d’Hubert Munier.

Malade depuis quelques mois, Hubert Munier vient de mourir à 70 ans, à Beaujeu où il s’était installé. Autodidacte, cet homme simple et lumineux animé d’un mysticisme terrien n’a pas parcouru un chemin linéaire pour autant, voyageant beaucoup, de Californie à Katmandu, parmi les humains et dans sa tête pour trouver la beauté fraternelle de la nature ainsi qu’une humanité cherchant le ou les sens d’être là. Dans la région, il a beaucoup exposé à la galerie Le Lutrin (Lyon 2e) ainsi qu’au musée Paul-Dini de Villefranche-sur-Saône. Il dessinait, peignait des paysages et des portraits à l’hyperréalisme tranquille, pouvant sembler naïfs et transcrivant l’harmonie et la sérénité. Un DVD, intitulé Une infinie patience, lui a été consacré sur une idée de son ami Jean-Yves Loude, réalisé par Michel Marié et des anciens de FR3 pour l’association Singulières Productions. Il sera projeté en avant-première à Fareins, dans l’Ain (collection de la Praye), les samedi 7 et dimanche 8 mars. Il est disponible auprès de Singulières Productions.

à lire également
Natasha Krenbol, Straight up and down / Jim Dine, Blue Heart (montage LC)
Les émotions qui restent, la mémoire, le souvenir, l’histoire… Juste avant le printemps, notre sélection d’expositions à voir à Lyon se retourne, interroge. Et puis cède au merveilleux stéphanois.
d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut