Fort de Feyzin
Fort de Feyzin (Photo : Cheyenne Gabrelle)

Mission Patrimoine : 300 000 euros pour le Fort de Feyzin, retour sur 147 ans d'histoire

Le Fort de Feyzin, au sud de Lyon, recevra la plus grosse dotation régionale de la Mission Patrimoine, d'une valeur de 300 000 euros. Lyon Capitale s'est rendu sur place pour retracer ses 147 ans d'histoire.

Heureux bénéficiaire des dons de la Mission Patrimoine 2022, le Fort de Feyzin, vieux de 1877, recevra une dotation de 300 000 euros. Cette aide permettra d'une part de restaurer le site grâce à des travaux d'étanchéité au niveau du toit et d'autre part de lui donner une seconde vie avec l’ouverture d’un musée militaire et de salles d’expositions pour les associations du patrimoine. Les travaux devraient débuter courant 2023 et se terminer en 2026 selon la fondation du patrimoine. Retour sur les 174 ans d'histoire des lieux

Lire aussi : Métropole de Lyon : le Fort de Feyzin sera aidé par le Loto du patrimoine

Le Fort de Feyzin, situé à 10 km au Sud de Lyon a été bâti en seulement deux années, entre 1875 et 1877, après la défaite franco-prussienne. Sa construction avait pour but de défendre Lyon contre la Triplice, l'entente entre l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie. Autour de Lyon, ce sont 17 forts qui ont été édifiés afin de protéger la région lyonnaise de l’invasion italienne. Le Fort de Feyzin et les 16 autres places fortes constituaient la deuxième ceinture de fortification de Lyon, et jouaient un rôle dans le système Séré de Rivières, qui comprenait un ensemble de fortifications construites le long des frontières françaises à partir de 1874.

Installés côte à côte, certains forts, comme celui de Feyzin pouvait défendre la ville de Corbas, puisque la portée de leurs tirs de défense allait jusqu’à 9 000 mètres. "On pouvait défendre nos voisins, en plus de Lyon", raconte Mylène Romand guide au Fort de Feyzin.

Fort de Feyzin
L'intérieur d'une casemate dans le Fort de Feyzin (Photo : Cheyenne Gabrelle)

Démilitarisation du Fort

Le Fort n’a jamais servi en tant que fort militaire. La raison ? La crise de l’obus-torpille. "On a découvert qu’en essayant de tirer avec ces nouvelles technologies de l’époque, ça a détruit les forts, donc on a immédiatement arrêté la militarisation", poursuit la guide. Pas adapté au combat militaire, le Fort a donc été démilitarisé dans les années 1890, soit 20 ans après sa construction.

Par la suite, le site est devenu un lieu de garnison pendant la Première Guerre mondiale. À cette époque, des troupes américaines étaient logées dans le Fort, mais c’est surtout devenu un camp de prisonniers allemands, d’où la présence d'inscriptions en Allemand dans l'enceinte. Encore aujourd'hui on peut notamment lire le mot Krankenrevier ("infirmerie") inscrit sur les murs. "Le Fort appartenait à l’armée pendant au moins 20 ans après la Seconde Guerre mondiale", précise Mylène Romand. Ce n'est qu'en 2003 que la mairie de Feyzin a décidé de racheter le site.

L'infirmerie du Fort de Feyzin (Photo : Cheyenne Gabrelle)

22 000 m² de surface

Étendu sur 22 000 m², ce Fort a la particularité d’être entièrement symétrique et d’être "très bien conservé", avec des peintures encore présentes sur certains murs, notamment dans la pièce du magasin à poudre. L'édifice est également doté d’une caponnière double avec des oreillons sur les côtés, ce qui est "assez rare", souligne notre guide du jour. Autre singularité, les voûtes sont entièrement faites en béton, "une idée ingénieuse puisque la démocratisation du béton est apparue une quinzaine d’années après la construction du Fort". 

Le Fort de Feyzin abrite une multitude de casemates, une chapelle, un espace de verdure de 1 000 m², des chambres qui étaient occupées par 850 soldats allemands, avec environ 50 soldats par chambre, lorsque le fort était encore militarisé. Le bâtiment contient également un four à pain, des écuries ou encore un pont roulant à effacement longitudinal, qui permet le levage et le transport de charges lourdes.

Fort de Feyzin
Four à pain du Fort de Feyzin (Photo : Cheyenne Gabrelle)

Un lieu ouvert au public

Le site est ouvert du lundi au dimanche, notamment pour permettre aux jeunes sportifs d'accéder au centre équestre. Tous les dimanches du mois, des visites d'environ 2 heures sont organisées en lien avec la mairie. L'occasion pour le public de découvrir ce pan du patrimoine lyonnais, et de visiter les pièces qui sont habituellement fermées, comme le magasin à poudre, les casemates de tirs, les chambres et la boulangerie.

Même si le Fort appartient à la Ville, l'entreprise Studio 33 a réinvesti, depuis juillet, trois sites du Fort, dont une caponnière, deux chambres réaménagées en salles de séminaire ainsi que le site de verdure, dans le but de proposer d'accueillir des évènements d'entreprise.

Fort de Feyzin
L'intérieur d'une casemate réinvestie dans le Fort de Feyzin (Photo : Cheyenne Gabrelle)

Lire aussi : Mission Patrimoine : 1,5 million d'euros pour restaurer huit sites d'Auvergne-Rhône-Alpes

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut