Lyon : revenir "au temps où les Brotteaux n'étaient que marécages"

Le temps d'une conférence, la professeure agrégée et doyenne de la faculté des Lettres et Civilisations à l'université Jean Moulin, Nicole Gonthier, vous plongera dans l'histoire de Lyon et de son 6e arrondissement.

L'année est toute particulière pour le 6e arrondissement de Lyon. Alors que plusieurs endroits de la ville sont occupés depuis bien avant la naissance de Jésus-Christ, l'actuel quartier des Brotteaux est longtemps resté un espace marécageux et à la merci du Rhône. Un fleuve capricieux qui se trouvait, jusqu'en 1730, sur l'actuel Parc de la Tête d'or. D'immenses travaux, pensés et souhaités par l'ingénieur Morand, ont été nécessaires pour maîtriser le fleuve et faire émerger de sous les eaux ce que les Lyonnais connaissent aujourd'hui comme le 6e arrondissement. En 1856, une terrible crue vient saccager les travaux en cours, ne laissant en dehors de l'eau que l'actuelle place Maréchal Lyautey. Les travaux se poursuivent cependant et cinq ans plus tard, le Parc de la Tête d'Or est inauguré. La date symbolique de 1867 a été choisie par la mairie du 6e arrondissement célébrer les 150 ans d'existence administrative de l'arrondissement lyonnais. De nombreux événements sont organisés tout au long de cette année pour célébrer ces 150 ans d'histoire. Ce lundi, c'est avec Nicole Gonthier, doyenne de la faculté des Lettres et Civilisations à l’université Jean-Moulin et auteure de romans policiers qui se déroule dans le Lyon du Moyen-Âge, que les curieux pourront se réunir. Dans une conférence intitulée "Au temps où les Brotteaux n'étaient que marécages", la spécialiste de l'histoire de Lyon reviendra sur les grands épisodes nécessaires à l'émergence de ce quartier désormais central.

Conférence "Au temps où les Brotteaux n’étaient que marécages” par Nicole Gonthier, doyenne de la faculté des Lettres et Civilisations à l’université Jean-Moulin, salle du conseil, mairie du 6e.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut