Lumière 2010 se révèle

Difficile de succéder à Clint Eastwood pour devenir le parrain de la seconde édition du Festival Lumière ? L’équipe en charge de la manifestation dédiée au patrimoine cinématographique relève pourtant le défi en invitant en octobre prochain le réalisateur Milos Forman pour une mouture qui s’annonce tout aussi alléchante que la précédente.

C’est après une heure de conférence de presse que Thierry Frémaux, directeur de l’Institut Lumière et Délégué Général du Festival de Cannes, en orateur confirmé, révèle le nom du nouveau Prix Lumière, le « Nobel » du 7e art. Un suspense presque hitchcockien règne parmi les politiques, professionnels et autres journalistes conviés en masse à cette présentation. C’est finalement le nom de Milos Forman qui apparaît sur grand écran dans un tonnerre d’applaudissements. Thierry Frémaux se dit alors rassuré et heureux de cet accueil par le public. « C’est un cinéaste qui compte, insiste Maëlle Arnaud, programmatrice de cette 2nde édition. Forman a une place importante dans l’histoire, salué comme un auteur par les cinéphiles tout en offrant des œuvres grand public  ». Peut-être un brin moins chatoyant que l’ami Clint, on ne compte pourtant plus les récompenses (Oscars, César, Ours d’Or…) accordées au réalisateur d'origine tchèque pour des films tels Vol au-dessus d'un nid de coucou, Amadeus ou Larry Flynt.

Festival d’histoire du Cinéma

Autres temps forts de la manifestation à 7 chiffres, financée principalement par le Grand Lyon et la Région Rhône-Alpes, les rétrospectives de l’œuvre de Luchino Visconti (Le Guépard, Rocco et ses frères…), Raymond Bernard (Les Misérables, Les Croix de bois) ou Dario Argento (Suspiria, Ténèbres…). Des raretés américaines des années 70 (The Big Fix, Cisco Pike…). Un hommage à Anthony Quinn (Zorba le Grec). Un « best of » des restaurations 2010, pour redécouvrir dans une qualité exceptionnelle des chef-d’œuvres comme Psychose, d’Alfred Hitchcock ou Boudu sauvé des eaux, de Jean Renoir. Une sélection de longs-métrages « déjà classiques ! » telles les Valseuses, de Bertrand Blier, Coup de tête, de Jean-Jacques Annaud ou Z, de Costa-Gavras…

De bien belles séances donc à découvrir dans une trentaine de salles du Grand Lyon pour des films souvent grand public qu’on avait pris l’habitude de voir sur petit écran. En effet, le festival Lumière se veut avant tout populaire avec ce qu’il faut de stars pour vendre ce qu’il faut de rêve. Devraient être présents pour l'édition : Charlotte Rampling, Claudia Cardinale, Jean-Louis Trintignant, Alain Delon, Dario Argento, Jean-Paul Rappeneau ou encore Costa Gavras… Une liste qui devrait fortement s’allonger d’ici la rentrée.

Lumière 2010. Du 4 ou 10 octobre dans une trentaine de salles du Grand Lyon.
www.lumiere2010.org

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut