Le rock a-t-il encore bonne presse ?

Boudé par les médias, un certain pan du rock continue à agiter les foules en marge des réseaux commerciaux. Noise, hardcore, metal, fusion, punk, post punk, indy rock, garage, surf, stoner, heavy... Du Ninkasi au CCO en passant par le Clacson, certaines salles à Lyon persistent à programmer ces rugueuses musiques amplifiées.

Soixante ans que le rock agite les foules et se renouvelle, proposant de nouveaux genres qui viennent compléter la légende. Et le public, éclectique, répond toujours présent malgré le manque d’exposition médiatique de la plupart de ces mouvements. Pour Marion Bornaz, programmatrice et coordinatrice au Clacson, “malgré l’espèce de hype que l’on connaît en ce moment autour d’un pseudo rock, complètement tendance mais aussi complètement jetable, les médias parlent de moins en moins de “vrai” rock. (…) Les groupes ne sont pas reconnus, mais sont aussi méfiants par rapport à la médiatisation. Ils ont finalement développé un sens aigu de l’indépendance et doivent leur survie à la scène”. Et puisqu’il est de plus en plus difficile de poser des affiches dans la Ville sans risquer un procès avec la ville, les organisateurs de concerts comptent aujourd’hui sur les webzines et le bouche à oreille pour remplir les salles. “Au même titre que les fanzines ont joué un rôle majeur dans la propagation de ces cultures dans les années 80/90, se remémore Marion, c’est aujourd’hui Internet qui est devenu un relais d’information. Mais de la même façon, il faut être un peu curieux, aller chercher l’info et ne pas se perdre dans la masse de propositions”. Une masse de propositions qui a tout de même tendance à se tarir particulièrement en intra-muros. En effet, si de Gerland (Ninkasi) à Villeurbanne (CCO) en passant par Oullins (Clacson) les aficionados ont de quoi s’occuper, les cafés-concerts du centre ville programmant cette musique ont aujourd’hui quasiment tous disparu, jugés trop bruyants par le voisinage.
The Casualties. Le 27 janvier au Ninkasi Kafé, Lyon 7e.
The Arrs. Le 29 janvier au Clacson, à la mjc d’Oullins.
Le Bal Des Enragés : La Phaze + Lofofora + Parabellum + Punish Yourself + Tagada Jones. Le 4 février au C.C.O. de Villeurbanne.

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut