Musée des tissus© Tim Douet

Le plan de la Région pour le Musée des Tissus de Lyon

La région Auvergne-Rhône-Alpes est prête à investir pour sauver le Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon. À condition qu'acteurs publics et privés s'engagent à ses côtés.

L'an dernier, Laurent Wauquiez, président du Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes, écrivait à la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, pour lui indiquer que la Région était prête à investir 5 millions d'euros pour sauver de la fermeture le Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon, dont la Chambre de commerce ne souhaite plus assumer la charge. Depuis, un rapport a été commandé pour définir les pistes de poursuite possible d'exploitation. Initialement attendu fin mars, non sans susciter l'inquiétude des Lyonnais, il a finalement été présenté fin mai.

À partir de ce rapport, la Région propose un nouveau plan d'investissement, qualifié d'"opération de sauvetage"  : "Sous condition d’un engagement des partenaires publics et privés, elle apportera un million d’euros chaque année à partir de 2018 en fonctionnement, et la moitié du coût de l’investissement, soit 10 millions d'euros."

Un projet urbain, économique et culturel

En détail, la Région propose : "la création d’un fonds de dotation et le développement d’un réseau de mécènes nationaux et étrangers ; des expositions temporaires de grand renom (...) ; une restructuration du site, pour maintenir le musée dans son cadre historique ; la création d’espaces d’événementiel et de restauration ; le développement de partenariats à l’international ; la création d’un site à forte visibilité ; un pôle de recherche et de formation sur les tissus, leur conservation et leur restauration, en lien avec le CIETA (Centre international d'tudes des textiles anciens)."

À la fois projet urbain et projet culturel, le nouveau Musée des Tissus pourrait ouvrir en 2020. Mais rien n'est gagné, comme le souligne le communiqué de la Région. "Si ce projet a recueilli des soutiens significatifs, la Région ne pourra parvenir à ce sauvetage seule. C’est la raison pour laquelle la Région souhaite, et c’est la condition de sa réussite, entrainer avec elle les acteurs publics et privés concernés par le musée : État, CCI, Ville de Lyon, Métropole de Lyon."

à lire également
Gay Pride 2018 ©Moran Kerinec
Près de 20 000 membres de la communauté LGBTi et sympathisants se sont rassemblés pour la Marche des Fiertés ce samedi après-midi à Lyon. “Passer par le Vieux-Lyon, c’est symbolique, c’est montrer qu’on ne se laisse pas intimider par les fachos”. Cape arc-en-ciel sur les épaules et lunettes flashy sur le nez, Thomas est venu […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut