Le Corbusier à l'Unesco : une reconnaissance universelle pour Firminy

Le projet d’inscrire l’œuvre de Le Corbusier dans le patrimoine universel a été voté à l’unanimité lors de la 40e session du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO à Istanbul, qui avait été interrompu suite à la tentative du putsch militaire en Turquie. Dix-sept sites, répartis dans sept pays, font partie de cette inscription transnationale de l’œuvre de l’architecte. Parmi ces œuvres se trouve la Maison de la Culture de Firminy, dont l’intégration au patrimoine mondial de l’UNESCO est un enjeu majeur pour l’attractivité du territoire stéphanois.

Conférence de presse à la Maison de la Culture

© Tim Douet
Conférence de presse à la Maison de la Culture

Lyon Capitale va vous présenter cette semaine un reportage-photo de Firminy-Vert, ce "joyau" architectural parfois bien méconnu. Avant cela, nous vous proposons un retour sur l’inscription de l’œuvre de Le Corbusier au patrimoine mondial de l’UNESCO.

C’est une "reconnaissance exceptionnelle", confie Marc Petit, le maire de Firminy, qui vient de rentrer d’Istanbul. Mercredi dernier, il présentait la réussite de l’inscription de l’oeuvre de Le Corbusier au patrimoine mondial, lors d’une conférence de presse à la Maison de la Culture de Firminy, accompagné de Robert Karulak, président de l’Office du tourisme de Saint Etienne Métropole et de Gaël Perdriau, le président de Saint Etienne Métropole.

Le récit d’une candidature transnationale, et la reconnaissance de la valeur universelle de l’œuvre de Le Corbusier

Conférence de presse à la Maison de la Culture - vue extérieure

© Tim Douet
Conférence de presse à la Maison de la Culture - vue extérieure

Ce projet d’inscription de l’œuvre architecturale de Le Corbusier est ancien. Cela fait plus de dix ans que les sept pays partenaires travaillent conjointement pour réussir à inscrire ces œuvres au patrimoine mondial. Pour cette troisième candidature, plus de trois millions d’euros ont été investis par l’agglomération de Saint-Etienne Métropole depuis 2014. Un effort qui a porté ses fruits, grâce à des améliorations qui ont permis de valoriser la candidature.

Les vingt-et-un pays, membres du patrimoine mondial de l’Unesco, se sont exprimés lors de cette session à Istanbul et ont voté le dossier à l’unanimité. "Cette reconnaissance de la valeur universelle est donc unanime au niveau international, c’est exceptionnel. C’est la première fois, d’un point de vue historique, qu’une série internationale provenant de plusieurs continents est classée", insiste Marc Petit. Une dimension transnationale qui explique la complexité de ce dossier, et donc les multiples candidatures nécessaires pour rendre le projet possible.

Le maire de Firminy revient ensuite sur la réussite du projet lors de cette session à Istanbul : "Un moment de joie intense, où nous étions tous ensemble, main dans la main avec les Indiens, les Japonais, les Argentins, pour fêter cette victoire historique" explique-t-il.

"On est rentré dans un cercle hyper restreint", ajoute Marc Petit qui veut désormais "poursuivre cette dynamique" de mise en valeur au niveau local, tout en respectant les engagements et exigences liées à cette inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Firminy-Vert : un enjeu majeur pour l’attractivité du territoire stéphanois

Maison de la Culture de Firminy

© Tim Douet
Maison de la Culture de Firminy

Pour Gaël Perdriau, président de Saint-Etienne Métropole, c’est une "nouvelle historique" qui permettra de faire reconnaître la valeur du territoire de l’agglomération de Saint-Étienne. Firminy est le premier et le seul site classé dans le département de la Loire, et le troisième de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
Après la fin de l’Euro 2016, la métropole de Saint-Etienne veut capitaliser sur cette inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO.

"C'est une chance de posséder ici sur notre territoire, le premier site Le Corbusier en Europe et le second au monde, après celui de Chandigarh en Inde, dont un des éléments, la Maison de la Culture, fait partie de la série d’œuvres inscrites sur le site du patrimoine mondial de l’humanité", souligne le maire de Saint-Etienne.

Pour Robert Karulak, président de l’Office du tourisme de Saint Etienne Métropole, il s’agit de faire de ce site "un point d’entrée dans le territoire". Pour y parvenir, il veut "sensibiliser tous les professionnels du tourisme au niveau international" tout en lançant une campagne de communication. Celle-ci est prévue dès la rentrée au niveau local, avec des visites gratuites les trois premiers week-ends de septembre et avec le festival "festivocal" de musique contemporaine en novembre.

Aujourd’hui, le site de Firminy présente plus de 25 000 visiteurs par an : "on ne part pas de rien" nuance Gaël Perdriau. L’objectif est de doubler le nombre de visiteurs d’ici fin 2017, et de continuer sur cette voie, le potentiel maximal de Firminy étant de 80 à 100 000 visiteurs par an.

Lire aussi : Firminy : la Maison de la Culture, "temple du savoir" de Le Corbusier

Lire aussi : Firminy, le seul stade français de Le Corbusier

Lire aussi : Firminy, la ville verticale de Le Corbusier
à lire également
Le Vieux-Lyon, quartier historique de la capitale des Gaules, est l’un des quartiers les plus prisés des Lyonnais et des touristes. Il a pourtant failli être rasé. Mais Régis Neyret, 92 ans et dont on a appris la disparition samedi, a grandement contribué à le sauver. Les Lyonnais lui rendent hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut