La petite musique mélancolique de Cerino

Il a été chanteur dans différentes formations de jazz et de funk. Il fera la première partie d'une tournée de Michel Jonasz dès novembre prochain, après avoir fait celle du spectacle de Florence Foresti, en décembre dernier, à l'Olympia. Il tient aussi le rôle du géographe dans la comédie musicale de Victor Bosch, Le petit prince. 7 mois à l'affiche au Casino de Paris, une tournée en Chine cet été et à Hong-Kong en janvier 2008.

Son premier album s'intitule 1 bis. C'est ce dont on a toujours rêvé. Une voix chaude qui murmure les complaintes des amours éteints, la passion, le bonheur et la nostalgie de ces histoires de garçons qui s'enlacent. L'ineffable qui se chante. Une petite musique ravageuse. Des mots qui se suspendent dans la mélancolie, emportent dans la langueur. Des souvenirs qui affluent et submergent l'émotion. Cerino, c'est un îlot d'inspiration romantique et sincère dans une mer de la variété où les filles jouent les putes et les garçons se rêvent en maquereaux. C'est la subtilité et la tendresse, la délicatesse du sourire érigées en art d'être au monde lorsque les autres estiment qu'une gorgée de bière ou une facture d'électricité font poésie.

1 bis, c'est une déclaration d'intention que l'on voudrait offrir à ceux qu'on a aimé, à ceux qu'on aime toujours et à ceux qu'on aime pas encore.

1 bis, Cerino (Hexagonal music)

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut