Il y a 147 ans, Tony Garnier voyait le jour à Lyon

Le 13 août 1869, l'architecte et urbaniste lyonnais naissait dans le quartier de la Croix-Rousse. Après sa première commande de la ville en 1904, Tony Garnier n'a cessé de façonner des constructions qui font le rayonnement de Lyon, de l'hôpital Edouard Herriot au stade de Gerland, en passant par le quartier des Etats-Unis.

Fils de canuts, Tony Garnier avait un rêve, une utopie même : celle de créer une ville idéale. Célèbre pour avoir été le premier architecte urbaniste du XXème siècle, il rêvait d'une cité industrielle de 35 000 habitants entièrement en béton armé et en verre. Un style inspiré des grandes utopies socialistes du XIXème qui lui vaudra les foudres de ses confrères à son retour dans son pays natal, après avoir séjourné de 1899 à 1903 à la "Villa Médicis". Cependant, dès 1904, le maire de Lyon, Victor Augagneur, lui demande de réaliser la Laiterie-vacherie du Parc de la Tête d'Or. Après cette réussite, Victor Augagneur conseillera Tony Garnier à son successeur à la mairie de Lyon : Edouard Herriot.

La folie des grandes œuvres

La rencontre entre ces deux hommes sera décisive. Désormais, Tony Garnier deviendra l'homme des grands travaux. Entre 1911 et 1933, c'est lui qui façonne l'hôpital de Grange Blanche, aujourd'hui rebaptisé Edouard Herriot. À la même époque, entre 1913 et 1926, c'est aussi lui qui dessine le stade municipal de Gerland et réalise le quartier des Etats-Unis. En 1914, pour l'exposition universelle de Lyon, la Halle Tony Garnier est inaugurée. Elle abritera le marché aux bestiaux de l'agglomération lyonnaise jusque dans les années 1990, après avoir été réquisitionnée comme usine d'armement pendant la Grande Guerre. Aujourd'hui inscrite à l'inventaire des monuments historiques, le bâtiment de 17 000 mètres carrées reste la plus grande salle de concert en France avec le palais omnisports de Paris Bercy. Pour célébrer la mémoire et le travail de Tony Garnier, son histoire vie encore, 147 ans après sa naissance, au musée urbain qui porte son nom, au cœur du quartier qu'il a imaginé.

à lire également
Place Bellecour © Tim
Fin 1943, les Mouvements unis de la résistance vont réussir à Lyon l'une des opérations les plus folles de la Seconde Guerre mondiale : remplacer les exemplaires d'un journal collaborationniste dans les kiosques par une édition spéciale à la gloire de ceux qui combattent l'occupant et Vichy. Histoire de l'opération Faux Nouvelliste. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut