Rocio Molina Caida del Cielo
© Pablo Guidali

Flamenco : Rocío Molina, une étoile en mutation au Radiant

Une des figures les plus importantes du flamenco revient cette semaine à Lyon, pour présenter son nouveau spectacle, Caida del cielo (Tombée du ciel).

Entre relecture du flamenco traditionnel et avant-garde, Rocío Molina s’impose comme une des figures les plus importantes du flamenco de la scène internationale. Déjà venue à Lyon à plusieurs reprises (notamment en 2012 et 2014), on a découvert sa technique épurée et poétique qui expérimente de nouveaux mouvements, une occupation de l’espace peu commune dans l’art flamenco classique. On se souvient d’un fabuleux solo avec ses deux pieds concentrés à l’intérieur d’un sol en forme de boîte étroite ou encore de son corps sinueux jouant avec une chaise et des déséquilibres périlleux. L’Espagnole aime l’improvisation, qu’elle intègre dans son travail, à la recherche du frisson et d’une danse sauvage.

Du silence au chaos

Sa nouvelle pièce est articulée autour de deux parties. La première va à la rencontre du silence, qu’elle considère comme le fondement de la musique. Le corps y joue sa partition pour ouvrir l’espace sonore de la seconde avec les chants de la tragédie aigre-douce et un duo vertigineux de rapidité avec une guitare.

Dans la première partie, Rocío Molina est tout en subtilité et légèreté ; dans la seconde, elle convoque une danse et une musique déstructurées, sans logique de composition et en mutation permanente, qui jouent sur le chaos, les chutes et les ruptures de rythme.

Rocío Molina – Mardi 15 novembre à 20h30, au Radiant-Bellevue (Caluire).
à lire également
Déboulant au Radiant avec le rock toujours tapageur de leur septième album, Beneath The Eyrie, les Pixies de Frank Black entendent surtout fêter en tournée les 30 ans de l’album Doolittle, à la fois climax et apogée d’une carrière météorique dont l’actualité du groupe n’est qu’un vague écho.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut