Vue aérienne d’un lotissement pavillonnaire à Louvres dans le Val-d’Oise

Exposition au CAUE à Lyon : comment l’habitat a transformé notre environnement

Avec l’exposition Territoires invisibles, histoires d’architectures et de paysages quotidiens, le CAUE Rhône Métropole révèle aux Lyonnais l’architecture et l’évolution de six grands paysages habités qui composent leur cadre de vie.

Passionnante et très documentée, s’adressant aussi bien à un public professionnel que néophyte, l’exposition Territoires invisibles, histoires d’architectures et de paysages quotidiens nous invite à découvrir ce que d’ordinaire nous ne voyons plus. Elle explique comment l’architecture et l’acte de construire révèlent la particularité et la transformation d’un territoire, à travers six grands paysages habités qui composent notre cadre de vie quotidien.

Conçue comme une déambulation immersive, la scénographie est articulée autour de six îlots qui décrivent chacun un paysage, de sa construction d’origine à celle contemporaine avec ses enjeux actuels, évoquant les tendances du futur. Les exemples montrés concernent la métropole lyonnaise et le département du Rhône tout en puisant dans les réalisations d’autres villes comme Paris ou Bordeaux.

La propriété démultipliée © Médiathèque Terra des MTE-MCTRCT

L’urbanité persistante (ou la ville historique) révèle comment, depuis l’époque romaine jusqu’à la Révolution française, la ville s’est réécrite sur elle-même avec les strates de différentes époques et que l’on regarde aujourd’hui sous un angle patrimonial, le Vieux-Lyon est à ce titre une de nos références locales.

La ville lotie (ou la ville classique) témoigne de l’accélération urbaine du XIXe siècle et de la révolution industrielle qui mènent vers le développement d’une ville rationnelle et moderne, améliorant les conditions de vie et d’hygiène des habitants.

Le faubourg affranchi (ou le faubourg) démontre la façon dont certains territoires se sont construits en marge d’une ville régulée, instaurant une organisation dynamique et spécifique tels les faubourgs de Vaise, de la Guillotière ou celui de Saint-Antoine à Paris.

Issu d’un désir de repenser la ville et l’habitat collectif porté par un courant d’architectes dont faisait partie Le Corbusier, Le paysage urbain réinventé (ou les grands ensembles) devient surtout une solution pour sortir de la crise du logement après la Seconde Guerre mondiale, aboutissant plus tard aux problèmes des banlieues.

La propriété démultipliée (ou le pavillonnaire) décrit l’avènement de la maison individuelle, développée en réaction et en parallèle aux grands ensembles, et qui est aujourd’hui le modèle d’habitat le plus plébiscité par les Français.

La ruralité diffuse (ou l’espace rural) explique l’évolution de nos paysages ruraux au cours du XXe siècle et la manière dont ils sont aujourd’hui au cœur de l’aménagement des territoires.


Une scénographie qui fait la part belle aux visuels et au cinéma


Les supports développés pour chaque paysage sont d’une grande richesse et très pédagogiques, ils font la part belle aux visuels avec notamment des photos d’archives et contemporaines parmi lesquelles figurent des exclusivités de Raymond Depardon, Yann Arthus-Bertrand et Henri Salesse, en exclusivité également des dessins de Le Corbusier, Jean Prouvé, Marcel Lods et Albert Laprade qui indiquent comment les architectes ont analysé ou projeté la construction d’une forme urbaine ou d’un paysage.

Des maquettes au 500e permettent de comprendre les rapports d’échelles entre les différentes formes urbaines. Des frises chronologiques contextualisant la construction de ces territoires nous font mieux appréhender leur évolution en fonction d’événements politiques et sociaux, de progrès scientifiques ou de nouvelles législations.

Le cinéma est au rendez-vous, illustrant les paysages d’extraits de documentaires et de fictions qui dévoilent la manière dont des réalisateurs français s’en sont saisis. Ainsi Henri Verneuil nous offre son regard sur les grands ensembles de banlieues dans Mélodie en sous-sol, Maurice Pialat sur le pavillonnaire dans L’Amour existe ou encore Bertrand Blier sur l’espace rural avec Buffet froid.

Dès le 5 juin, jouez à Tournage & Dérapages, un jeu de pistes imaginé par le CAUE Rhône Métropole et scénarisé par la romancière Christelle Ravey. Grâce à un kit de jeu gratuit à retirer au CAUE et dans des lieux dépositaires, menez l’enquête autour de l’enlèvement du célèbre cinéaste Bérenger Nial et commencez le tournage de son film en identifiant les sites des scènes essentielles dans les rues de Lyon et de Villeurbanne ; deux villes dont il appréciait l’ambiance, l’histoire, la singularité. Une manière d’explorer la ville de manière ludique et inhabituelle !


Territoires invisibles, histoires d’architectures et de paysages quotidiens, du 20 mai au 18 décembre 2021 au CAUE du Rhône.
www.caue69.fr

Pour ceux qui veulent creuser plus loin la découverte de ces territoires, l’exposition renvoie vers les chapitres du Journal d’exposition, une sorte d’audioguide “papier” qui complète avec du texte et des visuels leur présentation.


 

 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut