Défilé Irmak : sport chic looks

Après les "Fashion Week" de Londres, New-York et Paris, Lyon s'est vêtue de strass le temps d'une soirée. Pleins feux sur Irmak, la petite marque lyonnaise qui monte.

Vendredi 23 octobre, 20h30, affluence à l'entrée du très tendance complexe Iway (Lyon 9e). Difficile de se frayer un chemin entre « beautiful lyonnais » et « people » des médias locaux. La soirée commence : champagne sur les tables, électro aux platines et spécialité du lieu, courses de simulateurs de Formule 1. Bien que les invités semblent captivés par la course immobile des célèbres engins, les « girls-band » chuchotent entre elles « C'est pour quand le défilé ? ». Le styliste finit par annoncer trois heures de retard. Comme les grands.

Dans le prolongement de la saison dernière, le créateur Alper Irmak revisite ses propres classiques : les t-shirts bien coupés un brin « streetwear ». Les imprimés démonstratifs, la griffe sur le cœur, et le côté classe décontracté, nous rappelle presque la collection Automne-Hiver 2009 de Dolce Gabbana. Comme eux, notre styliste soigne les coiffures et les accessoires. Pour chaque passage, les modèles se servent des voitures de Formule 1 pour sublimer leurs looks. L'un d'entre eux va même jusqu'à improviser des pas de danse, une auto-dérision que l'on aimerait bien retrouver sur les podiums de la capitale. Les coiffures sont travaillées façon rock'n'roll, tendance qui pour le créateur lui-même, résume bien l'esprit de sa collection. Quant à nous, puriste ou vieux jeu, on a du mal à attribuer un esprit rock à un défilé sans cuirs, musique décalée et tempéraments effrontés des mannequins. Côté collection, on repère le petit polo griffé à manches courtes noir et encolures blanches, idéal pour accompagner un « tregging », legging version cuir aperçu aux derniers défilés Dior et Givenchy. On adopte aussi le t-shirt imprimé Las Vegas et Formule 1, idéal pour frimer sur les « dancefloors » lyonnais.

Flash sur la petite griffe branchée lyonnaise

Alper Irmak, tombé dans la marmite des tendances dès son plus jeune âge, a fait ses classes dans la boutique Graphiti. Epaulé par quelques joueurs de l'Olympique Lyonnais, il lance sa propre marque Irmak en 2004 qu'il choisit de fabriquer exclusivement en Rhône-Alpes. Le début paraît prometteur et le bouche-à-oreille commence à porter ses fruits. Cinq ans plus tard, la marque lyonnaise dispose d'un réseau de points de vente trié sur le volet. En accord total avec l'air du temps, on ne doute pas une seconde que la griffe sport chic a encore de beaux jours devant elle.

Lisa Bron

à lire également
© Jeff Pachoud // Robe de mariée signée YSL (montage LC)
Robert Doisneau, Jeff Pachoud, Mark Geffriaud, Guy Dallevet. Quatre artistes à découvrir sur les cimaises lyonnaises ce mois-ci, si vous avez déjà tout vu de la Biennale.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut