L’orchestre philharmonique de Radio France © C. Abramowitz

Concerts à Lyon : le programme “classique” de cette fin de semaine

L’événement, c’est le passage de l’orchestre philharmonique de Radio France à l’Auditorium, dirigé par Philippe Herreweghe. Mais les amateurs de baroque ne sont pas moins servis. Pour le Concert de l’Hostel Dieu, c’est même déjà Noël.


Beethov, Haydn, Schumann, par l’orchestre philharmonique de Radio France

Fleuron dans le domaine symphonique français (depuis 1937), l’Orchestre philharmonique de Radio France est une institution majeure dont le développement est étroitement lié à l’histoire culturelle du XXe siècle et à ses politiques publiques. En quatre-vingts ans, on peut dire que l’escadron radio-symphonique en a vu défiler, des œuvres et des chefs – des directeurs permanents (Gilbert Amy, Marek Janowski, Myung-Whun Chung…) aux personnalités “de passage” (Inghelbrecht, Dudamel, Copland, Boulez, Temirkanov, Salonen…). Son répertoire, quant à lui, est des plus vaste, éclectique et tourné vers la création.

Son invitation par l’Auditorium peut donc être considérée comme un événement, à plus d’un titre puisque la direction de ce concert exceptionnel sera assurée par Philippe Herreweghe. La sensibilité du chef belge, fin analyste des œuvres, s’exprime par des approches tout en nuances et en exactitude. Son passé de chef baroque n’y est pas pour rien puisque ce docteur en psychiatrie ayant finalement choisi la musique commença par remonter le temps chronologiquement pour aborder naturellement tous les répertoires avec le même bonheur.

Deux solistes lui seront associés, le violoncelliste Steven Isserlis et la pianiste Connie Shih, qui débuteront la soirée par la 3e sonate pour violoncelle et piano de Beethoven avant d’être rejoints par l’orchestre (du moins en ce qui concerne Isserlis) pour le 2e concerto pour violoncelle en ré majeur de Joseph Haydn. Cerise sur le gâteau, c’est la symphonie n°2 en ut majeur de Robert Schumann qui clôturera le programme, une œuvre qui brille par la richesse et la diversité des modes d’écriture employés par son compositeur. Expressivité romantique, envolées lyriques, passages au contrepoint serré : autant d’atmosphères imbriquées à même de mettre en valeur les qualités d’un chef comme Herreweghe.

Orchestre philharmonique de Radio France – Jeudi à 20h à l’Auditorium (attention, concert quasi complet)


Charpentier à la chapelle

L’ensemble Marguerite Louise, emmené par Gaétan Jarry, nous offre un concert Charpentier avec notamment au programme ses fameux Arts florissans (dont se saisit jadis le chef William Christie pour baptiser son orchestre, avec le succès que l’on connaît).

Les Arts florissans – Samedi à 20h à la chapelle de la Trinité, dans le cadre des Grands Concerts


Noël british à la bougie pour l’Hostel Dieu

Le Concert de l’Hostel Dieu a décidé de fêter Noël à l’anglaise et sans orchestre ! C’est en effet un concert de polyphonies a capella qui sera donné par le chœur de l’Hostel Dieu à la chapelle de Saint-Marc. Un concert néanmoins “théâtralisé”, dans la plus pure tradition british, où éclairage à la bougie, processions et jeux de cloches ornementeront des partitions de circonstance puisées dans les répertoires du XVIe au
XXe siècles (Byrd, Britten, Vaughan Williams…). C’est le chef invité Florent Mayet qui dirigera pour l’occasion la bande à Franck-Emmanuel Comte. Le tout à quelques jours de l’année du Brexit : un peu de polyphonie dans un monde dominé par la cacophonie…

Concert de l’Hostel Dieu / Un Noël anglais – Dimanche à 18h et mardi (17 décembre) à 20h à la chapelle Saint-Marc, rue Ste-Hélène, Lyon 2e


OPÉRA

Les pyjamas sont sortis des coulisses

Première jeudi du Pajama Game au théâtre de la Renaissance. On vous en dit plus ici.


À RÉSERVER (IL RESTE QUELQUES PLACES)

Un film méconnu de Chaplin en ciné-concert

Edna Purviance dans “A Woman of Paris” de Charles Chaplin (1923) © Roy Export
Edna Purviance dans “A Woman of Paris” de Charles Chaplin (1923) © Roy Export

Acclamé lors de sa première projection par la critique et par le public, L’Opinion publique, de Charlie Chaplin, fut pourtant boudé par le grand public. Échec commercial, le film fut enterré durant des décennies. Chaplin en fut très affecté, lui qui, fort de soixante-dix comédies diffusées dans le monde entier, tentait de rompre avec la routine en proposant un scénario ambitieux qui ne reposait pas sur le personnage de Charlot (absent du film).

Spécialiste en chef (d’orchestre) du cinéaste, Timothy Brock, qui depuis 1998 restaure, publie et diffuse les films et bandes sonores de Chaplin, a décidé de réhabiliter cette œuvre originale en s’emparant de la “partition” (de Chaplin lui-même) pour accoucher de ce ciné-concert à la tête de l’Orchestre national de Lyon. L’occasion rêvée de découvrir cet opus méconnu de la filmographie du grand Chaplin, dans des conditions exceptionnelles : écran géant, musique jouée en direct…

Ciné-concert / L’Opinion publique (A woman of Paris) – Mercredi 18 décembre à 20h à l’Auditorium


[Textes extraits du cahier Culture de Lyon Capitale n° 794 – Décembre 2019]
Faire défiler vers le haut