J’ai pris mon père sur les épaules, de Fabrice Melquiot – Mise en scène Arnaud Meunier (photo de répétition) © Sonia Barcet
J’ai pris mon père sur les épaules, de Fabrice Melquiot – Mise en scène Arnaud Meunier (photo de répétition) © Sonia Barcet

Aux Célestins, Torreton et Brakni portent Melquiot sur leurs épaules

Créé à la Comédie de Saint-Étienne par son directeur, Arnaud Meunier, J’ai pris mon père sur mes épaules, de Fabrice Melquiot, est présenté aux Célestins à partir de mercredi.

La rumeur et la presse qui nous sont parvenues de Saint-Étienne après la création de J’ai pris mon père sur mes épaules, mis en scène par le patron de la Comédie stéphanoise, laissent augurer d’un spectacle mémorable. Ce qui ne nous étonne pas vraiment. On sait depuis Je crois en un seul dieu, présenté déjà aux Célestins, et l’éblouissant Femme non rééducable, inspiré par Anna Politkovskaïa, joué au Toboggan en 2017, qu’Arnaud Meunier sait choisir des textes contemporains saisissants. Et les mettre efficacement en scène. J’ai pris mon père sur mes épaules ne devrait pas déroger à cette excellente règle.

“C’est pas grave, j’ai fait mon tour”

J’ai pris mon père sur les épaules © Sonia Barcet
J’ai pris mon père sur les épaules © Sonia Barcet

Le texte, fruit d’une commande au dramaturge contemporain Fabrice Melquiot, est conçu comme un long poème épique, lointainement inspiré de l’Énéide de Virgile. C’est le périple tragiquement drôle d’un père mourant d’un cancer au genou. “C’est pas grave, annonce-t-il à Énée, son fils, autour d’un civet. J’ai fait mon tour, je pourrai dire aux asticots que c’est de la viande qui a vécu.”

Mais un surcroît d’existence va être accordé à ce père souffrant (incarné par Philippe Torreton). Son fils l’emmène dans un périple improvisé vers le Far West européen, le Portugal. C’est donc une sorte de road-theatre qui se construit, sous les auspices du grand amour de l’homme malade (incarné par l’excellente Rachida Brakni). Cette fresque théâtrale est portée par une troupe de comédiens aguerris : outre Torreton et Brakni, Vincent Garanger, Maurin Ollès, Riad Gahmi et Nathalie Matter.

J’ai pris mon père surs mes épaules (photo de répétition) © Sonia Barcet
J’ai pris mon père surs mes épaules (photo de répétition) © Sonia Barcet

J’ai pris mon père sur mes épaules – Du 13 au 23 mars au théâtre des Célestins


[Article publié dans Lyon Capitale n° 786 – Mars 2019]

à lire également
Frères sorcières, d’Antoine Volodine – Mise en scène Joris Mathieu © Nicolas Boudier
Si vous avez déjà vu “J’ai pris mon père sur mes épaules”, voici sept suggestions pour une nouvelle semaine dans les salles de spectacle du Grand Lyon. Une semaine qui commence comme une mélopée et s’achève en tango.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut