Jérôme Ferrari © DR (montage LC)
Jérôme Ferrari © DR (montage LC)

Assises du roman : Jérôme Ferrari et la guerre

On parlera beaucoup de personnages féminins ce vendredi aux Subsistances, entre ceux d’Elisabetta Rasy et la jeune photographe que Jérôme Ferrari envoie dans son dernier roman dans la guerre de Yougoslavie.

C’est la vie d’une jeune femme, photographe, grand reporter de guerre, que nous dévoile Jérôme Ferrari dans son dernier roman, À son image. Un personnage complexe dont il retrace l’itinéraire passionnant, qui s’enracine au cœur d’un village situé dans les montagnes corses. Avant de se poursuivre dans d’autres reliefs, ceux des Balkans. En effet, son héroïne, allant à l’encontre de la volonté du journal pour lequel elle travaille, a tenu à tout prix à rejoindre la guerre qui ronge ce qui est encore la Yougoslavie, entre Serbes et Croates. Faire des images de l’horreur. Et tenter de comprendre la fascination que créent la violence et la mort. Après Le Sermon sur la chute de Rome (prix Goncourt 2012), l’écrivain signe là son roman le plus dense.

Jérôme Ferrari / À son image – Actes Sud, 2018, 224 p.

Dialogue d’écrivains / Jérôme Ferrari et Elisabetta Rasy – Vendredi 24 mai à 21h aux Subsistances, dans le cadre des Assises internationales du roman 2019


[Article extrait de Lyon Capitale n° 788 – Mai 2019]

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut