L’Ensemble intercontemporain à l’Auditorium

Tournée Folk Songs pour l’ensemble créé par Pierre Boulez, qui vient jouer à Lyon un programme d’avant-garde enrichi d’œuvres relativement peu données de Stravinsky, Berio et Ravel.

On aura pu le constater lors de sa récente prestation dans le cadre de la biennale Musiques en scène, l’Ensemble intercontemporain est un orchestre prodigieux ! Précis au plus haut point, consciencieux et inspiré, cet ensemble de solistes spécialisé dans l’interprétation des œuvres du XXe et du XXIe siècle s’est imposé comme l’un des plus éminents défenseurs de la musique contemporaine de par le monde. Partis en 1976, sous l’impulsion de Pierre Boulez (alors directeur de l’ensemble), en croisade au bénéfice de l’avant-garde musicale, c’est avec engagement et à propos que cet escadron aborde les répertoires de notre temps.

Le programme proposé par l’Auditorium arrive à point nommé pour nous présenter différentes facettes de son talent : l’avant-garde (encore et toujours) d’une part avec Siren Song, pièce de la jeune compositrice chinoise Lu Wang, et Palimpseste de Marc-André Dalbavie ; des “contemporains d’hier” d’autre part, histoire de fédérer...
Et qui irait s’en plaindre, quand l’Intercontemporain nous propose, au menu de ce banquet subtil, quatre œuvres merveilleuses et relativement peu données ? Les Huit miniatures instrumentales et le Concertino font en effet partie de ces petits bijoux d’orfèvrerie dont Igor Stravinsky détenait le secret. Les Folk Songs de Luciano Berio et les Trois Poèmes de Stéphane Mallarmé de Maurice Ravel font quant à eux partie des perles que le XXe siècle nous a laissées. Deux “tubes” incontestables et phosphorescents pour voix et formation de chambre, auxquels la mezzo-soprano Nora Gubisch et les solistes de l’Intercontemporain apporteront leurs lumières et leur expérience.

------------------------

L’Ensemble intercontemporain.

Le 23 avril à 20h, à l’Auditorium de Lyon.

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut