Irish Kind of : du beau, du bon, Dublin !

Irish Kind Of, flûte guitare violon, et parfois chant. C’est le trio venu de l’Isère qui a scotché les puristes avec sa musique celtique irréprochable. Des frenchies qui se sont même permis de narguer ces braillards d’Irlandais jusqu’au cœur de Dublin. Risky !

Quand on les écoute, sur CD (« Live in Dublin »), sur Youtube* ou sur scène, on se retrouve projeté 150 ans en arrière, quand les Irlandais affamés dansaient comme des diables, la tête farcie de bières, avant d’embarquer pour l’Amérique. Un mélange de fatalisme (le violon) et d’énergie joyeuse (la flûte). Du mystère, du vent, et de l’herbe. C’est léger, aérien, revivifiant, ça pourrait largement faire la bande-son du Seigneur des anneaux, ou de Titanic.

Celte, certes pardon, l’organisation d’un concert IKO n’a rien à voir avec le débarquement d’AC/DC au Stade de France, un son et lumière industriel qui rappelle Bagram, la méga base US en Afghanistan. IKO c’est familial : 3 micros et 6 projos de 500W alternant le orange et le vert. Parfois, l’âme du public s’envole dans un bel ensemble poétique, parfois elle retombe, plof, mais ça fait pas mal, une âme qui tombe : un coup de « Din Tarrants » et ça repart !

Un certain amateurisme organisationnel est acceptable, quand l’émotion est aussi pure.

-----------------------


Lyon Capitale : Y a-t-il un revival celte, ou a-t-il toujours existé hors médias ?
IKO : Un revival celte, sûrement, avec tout ce que ça implique : de magnifiques expériences, des artistes formidables, et du commercial qui forcément s'en mêle. Alan Stivell, c'est celui qui a permis à tous les autres groupes de travailler et d'expérimenter, et ce depuis les années 70. Il y a un avant et un après Stivell.

Peut-on composer du « classique » celtique ?
Dans le CD, on ne compose rien et on compose tout. Explication : tous les thèmes sont traditionnels, à nous de composer les autres voix, les harmonies, et surtout les agencements. La combinaison entre ces thèmes est de notre totale initiative. Il faut savoir qu'une bonne partie des airs traditionnels sont écrits par des compositeurs contemporains (Paddy Fahy.).

Êtes-vous attirés par des déclinaisons type country ?
On est tous d'origines musicales différentes, et si on s'appelle Irish Kind Of ce n'est pas pour rien. On reprend les thèmes de la musique traditionnelle irlandaise, qu'on enrichit de nos savoirs et de nos envies artistiques. Par souci de cohérence, on préfère rester néanmoins sur une culture originelle de départ, à savoir la musique traditionnelle irlandaise. Bien sûr quelques influences peuvent venir de ce côté-là, puisqu'on sait que le country est originaire de la région de Cork.

IKO, c’est de l’autoproduction ?
Une société de production s'occupe de nos intérêts. On ne s'en cache pas, c'est la société Live 3.4. Néanmoins nous n'avons pas de contrat d'exclusivité… on reste accessibles et ouverts à tout ! On aime l'idée de jouer devant 800 personnes (comme au Festival Interceltique de Lorient) et de se retrouver quelques heures après dans un petit pub typiquement irlandais, dans une session jusqu'à 3h du matin !

-----------------------

Morceaux choisis

" Cooney’s reel " : http://www.youtube.com/watch?v=JtwQG7XOR-g

La polka : http://www.youtube.com/watch?v=lJfMg9dcHLY&feature=related

Et pour les concerts à venir : http://www.irishkindof.fr/

-----------------------

Concert à Lyon de Irish Kind Of

le 19 mars au "6e continent"

51 rue Saint Michel

Lyon 7e (métro Saxe-Gambetta)

-----------------------

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut