Danse : une création fantasmagorique à l’Opéra de Lyon

Sur fond de prouesses techniques et visuelles, le ballet de l’Opéra de Lyon met à son répertoire une nouvelle pièce créée par Karl Biscuit et Marcia Barcellos, deux artistes à l’imagination sans limites.

Karl Biscuit est musicien, compositeur et metteur en scène. Marcia Barcellos est danseuse, chorégraphe et chanteuse, issue de l’école d’Angers lorsqu’elle était dirigée par Alwin Nikolais. Ils se sont rencontrés en 1986, en plein renouveau de la danse française, et ont fondé en 1990 une compagnie : le Système Castafiore.

Axant leur recherche sur les fabriques de sens, ils développent un projet artistique multidisciplinaire qui mêle la danse, les installations sonores, la sophistication de l’image, l’intégration d’objets : un univers où formes, volumes et couleurs sont en perpétuelle évolution. Leur idée est de refaire le monde en s’amusant, sans oublier de saisir, derrière la magie du spectacle, sa fragilité et sa folie.

“Parler de choses sérieuses avec légèreté”

Nous cherchons à réinventer des mondes, disent-ils, parce que l’approche poétique est indispensable et complémentaire des approches scientifiques et techniques. Nous nous réclamons d’une tradition de la fantaisie à la française, d’artistes comme Jacques Tati, Jacques Demy ou Méliès, qui usaient du décalage. Nous voulons parler de choses sérieuses avec légèreté. Donner plusieurs niveaux de lecture. D’un côté, le plaisir et, à l’autre extrémité de l’échelle, la dimension métaphysique, presque mystique.”

Le propos de départ d’Atvakhabar Rhapsodies est celui d’un voyage qui se déroule dans un pays imaginaire, créé à partir d’un documentaire qui aurait existé dans les années 1920, dont il ne reste que quelques traces sous forme de notes et croquis. À partir de ces informations et à travers un récit non linéaire, les deux artistes réinventent ce documentaire, puisant dans des cultures et des coutumes tout droit sorties de leur cerveau. Ils le transforment en un ballet ethnographique et fantasmagorique, en utilisant les techniques du jeu vidéo, de la science-fiction et de la bande dessinée.

Sensible depuis de nombreuses années à leur travail si particulier, qu’il considère à la fois théâtral et visuel, proche du cinéma muet et extrêmement précis sur le plan chorégraphique, Yorgos Loukos, le directeur du ballet de l’Opéra de Lyon, leur a commandé cette création qui mettra ses excellents danseurs face à un défi artistique inédit que l’on a hâte de découvrir.

---

Atvakhabar Rhapsodies, de Karl Biscuit et Marcia Barcellos. Du 15 au 23 novembre à 20h30 (sauf dimanche 17, à 16h – et relâche lundi 18), à l’Opéra de Lyon.

à lire également
Enfant et sortilèges Insectes opéra 2016
Reprise de L’Enfant et les Sortilèges de Ravel à l’opéra à partir de ce jeudi, Turangalîla de Messiaen en attendant les Circlesongs de Bobby McFerrin à l’Auditorium. Il y aura grandement de quoi oublier la neige, si neige il y a, cette fin de semaine dans les salles lyonnaises.
1 commentaire
  1. vaness - 30 novembre 2013

    L'Opéra de Lyon sait se renouveler, et sait ravir les spectateurs d'année en année. Outre des danseurs formidables, la mise en scène de ce ballet est incroyable et la musique de toute beauté. Cela mérite réellement d'aller voir cette prochaine représentation.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut