Tanztheater Wuppertal Pina Bausch - Nelken
© Ulli Weiss

14ème Biennale de la Danse : La "der des ders" de Darmet

Le coup d’envoi a été donné hier, mercredi 14 avril, pour la 14ème Biennale de la danse. La dernière pour Guy Darmet, avec une programmation tout en diversité, des chorégraphes qui ont construit et construisent l’histoire de la danse, en filiation, en rupture ou en évolution pour que celle-ci dure encore.

Guy Darmet en a profité pour réaffirmer sa confiance et celle de ses équipes en Dominique Hervieu qui doit lui succéder. Sylvie Burgat, directrice des Biennales a souhaité mettre fin à la polémique (cf article, Derrière la succession de Guy Darmet…) autour de la désignation de Dominique Hervieu. En admettant une « mauvaise communication » sur le déroulement de la procédure, tout en réaffirmant la légitimité de ce choix. Dont acte et place à la danse !

« Ce n’est pas une Biennale nostalgique, a déclaré Guy Darmet. Son titre « Encore » signifie encore plus de danse et ce mot en anglais veut dire également « Bis, rappel ». « Pour moi, elle est créative, elle est un pari sur l’avenir. C’est ma dernière Biennale et au bout de 32 ans, la rupture est nécessaire, il y avait une telle personnalisation avec le public lyonnais. Si je m’étais contenté d’un Best off, il n’y aurait pas 17 créations mondiales ». Le ton est donné, pas de nostalgie, du savant et du populaire, des fidélités à certains chorégraphes pour au total 40 spectacles, 11 premières européennes, 21 compagnies françaises dont 8 de la Région Rhône-Alpes. Mais en regardant la programmation, un étrange sentiment nous envahit, celui d’une profondeur et d’une qualité différentes, mesurées. Comme si Guy Darmet avait fait une pause devant chacun de ses choix, nous proposant d’avoir avec lui ce regard à l’intérieur de la danse et d’y puiser avec subtilité toute son âme. Peut-être pour nous rappeler, avant de partir, que la danse c’est avant tout des histoires individuelles qui refusent d’abandonner, des rencontres, des aventures, du désir, des chemins intellectuels et sensibles, ou instinctifs, qu’aucun spécialiste, si grand soit-il, ne saura véritablement nous expliquer, à nous spectateurs. Et c’est bien dans cet esprit là que cette 14ème Biennale va chercher le bouleversement de nos vies, par des chocs artistiques et émotionnels. Ainsi l’arrivée fulgurante de Pina Bausch, le cri sur l’Afrique de Germaine Acogny, la réussite du combat identitaire de Bill T.Jones. Elle nous offre le parcours extraordinaire d’Andrés Marin, un des rares artistes à savoir transcender le flamenco traditionnel. Elle nous parle d’histoires incroyables comme celle d’Abou Lagraa qui mène un projet avec le Ballet d’Alger réputé poussiéreux, et qui ouvre une section contemporaine avec des jeunes venus de la rue pour se frotter au contemporain, un projet éminemment politique ! Celle de jeunes danseurs des favelas, au parcours violent et à qui la chorégraphe Deborah Colker a proposé une école et un passeport pour (peut-être) une autre vie… Elle nous permet la rencontre avec Ali Fekih, jeune chorégraphe tunisien qui danse avec un corps atteint de polio, avec Nacera Belaza, jeune chorégraphe algérienne autodidacte, dont la danse a longtemps été soumise à des dictas culturels. On retrouvera la magnifique Caterina Stagna autour d’une réflexion sur l’exclusion, le travail passionnant et étrange de l’Italien Virgilio Sieni, Mathurin Bolze, circassien de formation et pourtant figure emblématique de l’évolution du travail du corps et de son rapport à l’espace ; L’étonnante Maria Donata d’Urso qui met son corps en jeu, à l’intérieur d’un tissu à mémoire de forme, histoire de pousser encore plus loin les représentations du corps. D’autres encore… Preljocaj, le génialissime Nasser Martin Gousset, Forsythe, des connus, des moins connus, il y a dans cette Biennale, un regard véritablement aimant sur la danse et qui nous demande de l’aimer toujours et encore !

14 ème Biennale de la danse, du 9 Septembre au 3 Octobre 2010

Attention : Les locations sont ouvertes à partir du 26 Mai.

04 27 46 65 65

www.biennaledeladanse.com

Présentations publiques : du 26 au 29 Mai à la Maison de la Danse

A lire aussi : Derrière la succession de Guy Darmet, une Maison de la danse "3e génération"

à lire également
Allegria – Chorégraphie de Kader Attou © Justine Jugnet
Dominique Hervieu a lancé cette semaine la 18e Biennale de la danse. Sous le signe de l’Europe, elle sera composée d’artistes choisis à la loupe, empreints de générosité et dont il émane une profondeur qui nous fera sourire pour certains, nous émouvra ou nous laissera dans le silence pour d’autres !
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut