Veau © Tim Douet
© Tim Douet

Y a-t-il vraiment eu des veaux malformés nés dans l'Ain ?

Lyon Capitale apporte la preuve incontestable que plusieurs veaux porteurs de malformations sont nés dans un Gaec du village de Chalamont.

C'est un mail qui risque de faire beaucoup de bruit. Un mail que Lyon Capitale a pu se procurer et qui prouve que des veaux, nés avec des malformations des côtes et de la queue, sont bien nés dans le département de l'Ain, contrairement à ce qui a pu être dit et écrit. Les animaux sont nés aux mêmes périodes et dans les mêmes environs que les enfants victimes d'une agénésie transverse du membre supérieur, c'est-à-dire l'absence ou l'atrophie de certains organes au niveau de l'épaule, du coude ou du poignet, due à un arrêt dans le développement embryonnaire.

Lire : Enfants et veaux malformés dans l’Ain : “vers un scandale sanitaire”.

Dans ce mail, daté du 25 octobre 2016, Laurence Brémond, chef du service Santé et Protection Animale à la DDPP (direction départementale de la protection des populations) de l'Ain reconnaît que des veaux nés malformés ont été signalés dans le département. "Nous avons effectivement eu des signalements de malformations sur des veaux."

Le mail est adressé en réponse à une demande du Professeur Gérard Keck, de l'unité "Pharmacie-Toxicologie" de VetAgroSup Lyon (établissement d’enseignement supérieur agricole assurant la formation de futurs vétérinaires et agronomes) et membre du conseil scientifique du Remera (le Registre des malformations en Rhône-Alpes qui a déclenché l'alerte au sujet de ces malformations congénitales). Le Professeur avait demandé à la DDPP, dix-neuf jours plus tôt, une "note sur les observations chez les animaux veaux et autres qui (leur) sont remontés".

Pourtant, dans un article publié sur son site mardi, L'Express affirme tout le contraire, se basant sur le témoignage du vétérinaire de la commune : "aucun événement de ce type n'a eu lieu ici. À ma connaissance, un seul veau est né sans queue dans la région, mais c'était à 30 km et il faut savoir qu'il s'agit d'un événement tout à fait banal."

Vétérinaires au courant

Dans son mail, Laurence Brémond poursuit : "(...) et je viens juste de relancer les vétérinaires du secteur pour qu'ils me disent s'ils en ont constaté de nouveaux depuis les 18 derniers mois."

Car il s'agit bien de plusieurs veaux, tous nés dans un Gaec de Chalamont et rapidement euthanasiés (le nombre exact de naissances de veaux malformés par année n'est pas connu "les recherches complémentaires (n'ayant) pas abouti à plus de détails" explique le Remera).

Le mail de la DDPP de l'Ain est également adressé, en copie, à Hervé Leperf de l'Agence régionale de santé (ARS) et de la Cellule d'intervention en région Rhône-Alpes (Cire), représentant unique de Santé Publique France, l’agence chargée de la veille sanitaire dans l’Hexagone. Dans son rapport sur le sujet (lire ci-dessous), SPF n'évoque aucunement la présence de veaux malformés.

Lire : Malformations dans l’Ain : circulez, y a rien à voir selon les autorités.

Or, Emmanuelle Amar, directrice générale du Remera, en est convaincue : ces malformations de veaux nés dans l'Ain, "(forcent) la conviction qu'il y a bien quelque chose, car le mécanisme qui conduit à ce type d'anomalie chez le veau est le même que celui qui impacte la construction des bourgeons d'os chez l'enfant”.

à lire également
Bébé Maternité
Le Registre des malformations en Rhône-Alpes (Remera), lanceur d'alerte du scandale des "bébés sans bras", vient de suggérer des pistes sur l'origine de l'agent responsable des malformations congénitales, afin d’orienter des enquêtes et études à la recherche des causes des clusters dans l'Ain, à soixante kilomètres de Lyon, dans le Morbihan et en Loire-Atlantique.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut