Objectifs de Symbio : 200 000 piles par an, 15 % du marché mondial de la pile à combustible, 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires, 1 000 emplois @WilliamPham
Article payant

Voiture à hydrogène : Symbio, à Vénissieux, rêve d’un destin mondial

Symbio est une entreprise de 400 employés fixée à Vénissieux. Elle produit des piles à hydrogène qui peuvent alimenter les moteurs des voitures électriques. Une technologie qui ne pollue pas. Avec son investissement de 140 millions d’euros dans une usine à Saint-Fons pour 2023 et la création de 1 000 nouveaux emplois, l’ETI ne cache pas ses ambitions internationales. Portrait d’entreprise.

2035, Givors, 8 h du matin. “L’hydrogène, l’énergie zéro émission de CO2 pour la voiture du futur.” Séduit par le slogan, vous avez acheté ce monospace familial à pile à combustible dernière génération avec toutefois quelques craintes. Ce nouveau véhicule électrique est censé vous conduire à votre travail tous les jours, dans le centre-ville de Lyon. Discrètement le moteur s’allume et la voiture entame sa route silencieuse : le pilote automatique est programmé pour vous conduire en douceur et sécurité. Passager confiant, vous lâchez le volant – qui se met à tourner tout seul – pour vous remémorer ces débats incessants sur la place de la voiture dans la ville pendant les années 2020. Qu’il est loin le temps où l’on construisait ces immenses parkings à l’entrée de la métropole de Lyon afin de privilégier les transports en commun et surtout d’éviter la pollution des automobiles dans le centre.

Fabriquer une pile – créant de l’électricité avec de l’hydrogène – suffisamment compacte pour être intégrée au moteur d’un véhicule

Étrange calcul qui arrangeait bien les habitants de Lyon, mais créait des embouteillages monstres en périphérie. D’ailleurs le brouillard de particules fines qui recouvrait la capitale des Gaules à chaque canicule a disparu en 2030, en parallèle de l’explosion des achats de véhicules zéro carbone. Le paysage défile, vous apercevez l’immense centrale solaire de Feyzin et ses grands barils d’hydrogène. Aucune odeur d’hydrocarbure à proximité de cette ancienne raffinerie devenue un point stratégique de production d’hydrogène. Vous le savez bien, avec votre réservoir de 7 kg d’hydrogène vous pouvez parcourir environ 700 km. Certes le prix au litre est toujours plus cher que le diesel, mais la tendance est à la baisse et le cours est égal à celui de l’essence. Dans votre pot d’échappement, uniquement de l’eau.

Symbio : faire du rêve zéro carbone une réalité

Retour en 2021. Si ces moteurs à hydrogène ne sont pas encore accessibles au grand public, les ingénieurs de Symbio, à Vénissieux, travaillent pour rendre réel ce qui est encore une fiction. Qu’est-ce que Symbio ? À l’origine, une start-up fondée en 2010 à Paris, qui s’est donné pour objectif de fabriquer une pile – créant de l’électricité avec de l’hydrogène – suffisamment compacte pour être intégrée au moteur d’un véhicule.

Fabio Ferrari, le fondateur, touché par la maladie pulmonaire de son fils, souhaitait participer à la lutte contre les particules fines émises par les voitures

Côté storytelling : Fabio Ferrari, le fondateur, touché par la maladie pulmonaire de son fils, souhaitait participer à la lutte contre les particules fines émises par les voitures. Le but ? Atteindre le “zéro carbone” grâce à des voitures d’une autonomie égale, voire supérieure, à celle d’un véhicule essence, tout en permettant une recharge rapide, avec de l’hydrogène “vert” (voir encadré en bas) dans le réservoir.

Lire aussi : Lyon : quatre régions, dont l’Auvergne-Rhône-Alpes, commandent pour la première fois des trains à hydrogène

L’histoire de Symbio : Une idée venue trop tôt

Il vous reste 71 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut