© Tim Douet
© Tim Douet

Un tiers des Lyonnais se fichent de l'origine des produits qu'ils mangent

On pourrait penser que l'origine des produits est un critère qui fait l'unanimité à Lyon Capitale de la gastronomie. Pourtant ce n'est pas le cas pour tout le monde.

La stratégie alimentaire lyonnaise doit être présentée aux 165 élus du Conseil de la métropole en juin prochain, quelques mois avant l'ouverture de la Cité de la gastronomie. Quant au "projet alimentaire territorial" – lancé l'année dernière et validé mi-janvier – il ne sera pas adopté avant la fin 2020.

Lire : Quelle stratégie alimentaire pour la métropole de Lyon ?

En attendant, selon un récent sondage, pour un tiers des habitants de la métropole de Lyon, le prix est le critère n°1 pour choisir un produit alimentaire. Peu importe l'origine et les conditions de production.

Comme l'écrivait il y a un siècle et demi le célèbre gastronome andinois Jean Anthelme Brillat-Savarin, dans la Physiologie du goût, "la destinée des nations dépend de la manière dont elles se nourrissent".

 

à lire également
Reconstitution de la grotte Chauvet © Camille Padilla
Son action est souvent invisible, mais l’Union européenne est un partenaire financier incontournable pour les collectivités locales. Sur la période 2014-2020, un peu moins de 3 milliards d’euros de fonds européens auront été ventilés en Auvergne-Rhône-Alpes, sur des champs très vastes, du numérique aux épiceries solidaires rurales.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut