« Chaque année, plus de soixante mille personnes sont déboutées. Le problème c’est qu’ensuite, 90 % des déboutés du droit d’asile demeurent en France » Arno Klarsfeld, ancien directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) © Merlet
Article payant

“Toute personne persécutée peut être accueillie en France” pour Arno Klarsfeld

Ancien directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) sous Nicolas Sarkozy, Arno Klarsfeld est aussi avocat. Il livre à Lyon Capitale ses observations sur la politique migratoire de la France.

Lyon Capitale : De quoi parle-t-on quand il est question d’immigration en France ? 

Arno Klarsfeld : Il y a différentes formes d’immigration. Beaucoup de personnes viennent pour le travail, de nombreuses demandes de titres de séjour concernent aussi les étudiants ou sont liées au regroupement familial. C’est en tout un peu plus de 200 000 personnes par an qui obtiennent un premier titre de séjour. Côté demandes pour le droit dasile, c’est autre chose : cela concerne près de 100 000 personnes par an.


"Chaque année, plus de soixante mille personnes sont déboutées. Le problème c’est qu’ensuite, 90 % des déboutés du droit dasile demeurent en France" Arno Klarsfeld, ancien directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII)


Ce statut est régulé par la Convention de Genève qui prévoit différents dispositifs si l’individu est persécuté en raison de sa race, de sa religion, de son appartenance à un groupe social, de ses activités politiques. Il aura le droit d’être entendu devant l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) et de faire un recours devant la Cour nationale du droit dasile. Ensuite, s’il reçoit encore un refus de la part de la France, il recevra une obligation de quitter le territoire (OQTF). Or, chaque année, plus de soixante mille personnes sont déboutées. Le problème c’est qu’ensuite, 90 % des déboutés du droit dasile demeurent en France.

Il vous reste 67 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut