Projet de téléphérique © Antoine Merlet / Simulation Lyon Capitale

Téléphérique dans la Métropole de Lyon : les élus écolos de Francheville demandent beaucoup plus de concertation et de pédagogie

Le projet de transport par câble (ou de téléphérique) dans l'ouest lyonnais, de Francheville à Lyon en passant notamment par Sainte-Foy-lès-Lyon, n'en finit pas de faire débat. Si les élus écologistes de Francheville saluent "une opportunité originale et innovante qu'il faut étudier à fond", ils réclament aussi "une concertation beaucoup plus forte" face à "un projet aussi nouveau".

Inscrit au plan de mandat du Sytral, le projet de transport par câble dans l'ouest lyonnais entre Francheville et Lyon, en passant par Sainte-Foy-lès-Lyon et La Mulatière, déchaîne les passions dans l'ouest lyonnais.

Jean-Charles Kholhaas, vive-président délégué du Sytral, pilote ce projet au Sytral. Il est également 5e vice-président de la Métropole de Lyon, en charge des déplacements, intermodalités et logistique urbaine. Il a détaillé ce projet dans Lyon Capitale (l'interview en intégralité est à retrouver ici), dont la mise en service est prévue fin 2025. LyonCapitale.fr avait aussi réalisé un long sujet ce ce projet fin décembre (à relire ici). Une pétition contre le projet a aussi été lancée (voir ici).

Début février, par 31 voix sur 35, le conseil municipal de Sainte-Foy-lès-Lyon a notamment voté un vœu pour demander l'organisation d'un référendum local sur le sujet du transport par câble. Le conseil municipal a également demandé au Sytral beaucoup plus de transparence sur le projet.

"Une opportunité originale et innovante" mais...

Localement, les positions des élus écologistes à Francheville et à Sainte-Foy-lès-Lyon sont notamment très attendues. Soutiennent-ils le projet du Sytral et des écologistes au pouvoir à la Métropole de Lyon ?

"Les militants et élus de Francheville considèrent que le projet de transport par câble est une opportunité originale et innovante qu'il faut étudier à fond : valeur ajoutée, impacts, tracés alternatifs éventuels", explique Bernard Legrand, tête de liste de la liste écologiste aux municipales de 2020 à Francheville et désormais conseiller municipal. "Si la position de la maire de Sainte-Foy-lès-Lyon (Véronique Sarselli) est paradoxale et surtout très politicienne, les inquiétudes des habitants sont légitimes, même si elles ne sont pas toutes argumentées techniquement", poursuivent les élus écologistes de Francheville. Mais ils rejoignent la position de la majorité de Sainte-Foy-lès-Lyon sur une problématique : ils souhaitent une concertation beaucoup plus forte.

© Antoine Merlet / Simulation Lyon Capitale

"Les études sont en cours et la phase d'information et de concertation démarrera à l'automne. Face à un projet aussi nouveau, la concertation doit démarrer dès que possible et être beaucoup plus forte", soulignent les élus écologistes de Francheville. Ils demandent "une meilleure écoute et prise en compte des craintes des habitants des communes concernées dans la conduite de ce projet". Avec un maître-mot : l'acceptabilité. "Son acceptabilité est un des enjeux importants et nécessite de mobiliser concertation, pédagogie et ingénierie, et ce sans tarder", ajoutent les élus écologiste.

Les élus écologistes de Francheville réclament une concertation beaucoup plus forte

Cyril Kretzschmar, conseiller municipal écologiste à Francheville, poursuit pour LyonCapitale.fr : "C'est un ouvrage original mais ce qui fait aussi sa difficulté, c'est son originalité. Personne ne sait comment fonctionne un transport par câble en milieu urbain. Pas grand monde n'est allé à La Paz ou à Medellin. Même les transports par câble qui existent en France sont peu comparables, comme Brest et Toulouse. C'est difficile pour les habitants, encore plus pour ceux qui sont proches du tracé, d'imaginer ce que ça pourrait faire en terme de dégâts paysagers, de contraintes en terme de bruit, de fréquentation aux alentours des stations. Les habitants n'ont pas de comparaison donc ils n'ont pas de véritable capacité à imaginer ce que ça peut engendrer".

"Dans la mesure où les gens ont beaucoup de mal à imaginer comment ça peut fonctionner, il faut faire oeuvre de pédagogie beaucoup plus fortement. J'ai crû comprendre que le Sytral et la Métropole ne voulaient engager de démarche de concertation qu'à l'automne, dans un calendrier assez classique avec 6 mois d'étude et ensuite lorsqu'on a bien maitrisé l'univers technique, on lance la concertation. Je pense que ce n'est pas forcément une bonne méthode", ajoute le conseiller municipal écologiste Cyril Kretzschmar. A Francheville, les écologistes veulent que la concertation démarre dès que possible et soit beaucoup plus forte.

Lire aussi : Téléphérique entre Francheville et Lyon : "Si une majorité de personnes y sont opposées, on le fera passer ailleurs"

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut