Manifestation anti-5G à Lyon place Bellecour, le 19 septembre © MAXPPP
Article payant

Technologie : pourquoi la 5G coince à Lyon ? 

Si la 5G, dans sa version complète, ne sera pas déployée avant 2024, elle passionne déjà les foules. Adulée ou abhorrée. Des prises de position extrêmes qui cristallisent les passions et constituent un vrai sujet de société.

À Lyon, tout est parti d’un moratoire sur la 5G, publié dans Le Journal du Dimanche le 12 septembre dernier. Le maire de Lyon Grégory Doucet signait, aux côtés des maires de onze grandes villes, dont Villeurbanne, Grenoble, Marseille, Bordeaux ou encore Poitiers, une suspension sur le développement de la 5G en France.

“Nous, maires et élus, proposons dans l’immédiat un moratoire sur le déploiement de la 5G au moins jusqu’à l’été 2021. Pendant ce moratoire, nous demandons la tenue d’un débat démocratique décentralisé sur la 5G et sur les usages numériques. Nous demandons pour les communes le droit à la subsidiarité concernant l’application du principe de précaution.”

Seize jours plus tard, le moratoire était mis au vote lors du conseil municipal de Lyon. Gérard Collomb s’était alors fait l’avocat – tapageur – de la 5G, poussant un gros coup de gueule contre l’équipe municipale en place, particulièrement son successeur au fauteuil de maire. “Ce dont je m’inquiète, c’est le signal que vous donnez. Le signal que Lyon n’est plus une ville d’innovation qui porte le futur. Et ça c’est terrible. Parce qu’un certain nombre d’entreprises, de grandes entreprises, qui portent l’industrie de demain, vont se dire ‘eh bien moi je ne reste plus là’. Que restera-t-il de la french tech lyonnaise ? Nous allons déjà connaître la crise, des dizaines de milliers d’emplois que vous allez détruire. Nous (notre groupe) voulons porter le progrès.”

Il vous reste 85 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut