Taxe carbone : Stéphane Alzraa devant les juges

EXCLUSIF – Stéphane Alzraa, mis en examen le 13 janvier dernier pour escroquerie en bande organisée, association de malfaiteurs et blanchiment, dans le volet lyonnais de l’affaire de la taxe carbone, aurait été auditionné mardi par les magistrats de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS), apprend-on de source judiciaire. Une confrontation aurait été organisée entre Stéphane Alzraa et deux femmes qui auraient joué le rôle de prête-noms à la tête de sociétés incriminées dans le dossier. Interrogé, le parquet de Lyon n’a souhaité “ni infirmer ni confirmer” cette information.

Pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire – mécanisme de l’escroquerie, absence de réaction de l’Administration, circonstances des interpellations… et imbrication avec l’affaire Neyret – lire l’enquête de Lyon Capitale le mensuel de mars, dont nous publions ci-dessous des extraits.

----------------------

Taxe carbone : un Lyonnais au cœur de l’arnaque du siècle

Entre septembre 2008 et juin 2009, des escrocs ont monté l’arnaque la plus lucrative jamais enregistrée par l’administration fiscale. En quelques clics, 1,6 milliard d’euros ont été détournés en France (5 milliards en Europe). La cible ? Le marché des quotas de CO2.

“C’est l’une des fraudes parmi les plus élevées jamais identifiées par l’administration fiscale dans un temps aussi bref”, selon la Cour des comptes, qui a rendu un rapport sur le sujet le 8 février dernier. Une fraude [qui] portait sur des échanges de quotas, sur des flux dématérialisés quasi instantanés”, explique le président de la Cour, Didier Migaud, dans l’entretien qu’il a accordé à Lyon Capitale, où il pointe “une faille dans le système [dans laquelle] les fraudeurs [se] sont engouffrés”.

Le mécanisme

Infographies à l’appui, le dossier de Lyon Capitale décortique le mécanisme utilisé par les fraudeurs.

--------------------

Des prévenus “à la fois fiers et amusés” ou… maladroits ?

À ce jour, 18 procédures judiciaires ont été engagées (…) et un procès a eu lieu à Paris en octobre. À Lyon, deux enquêtes sont engagées, dont celle qui vise un certain Stéphane Alzraa. Le jeune homme aurait soustrait 50 millions d’euros au fisc français via plusieurs sociétés dont les sièges sociaux étaient situés dans le 6e arrondissement de Lyon. Lyon Capitale retrace son parcours judiciaire depuis qu’il s’est fait connaître des autorités françaises – maladresse fatale ? – en revendiquant la propriété d’un yacht d’une valeur de 600 000 euros saisi par la justice, jusqu’à sa mise en examen pour escroquerie en bande organisée, blanchiment et association de malfaiteurs, en passant par son interpellation dans le cadre de l’affaire Neyret.

La question que pose cette imbrication est la suivante : l’argent de la taxe carbone a-t-il servi à corrompre le commissaire Neyret ?

-----------

Retrouvez l'intégralité de cette enquête dans Lyon Capitale le mensuel de mars, en vente en kiosques et dans notre boutique en ligne.

à lire également
Le procès pour corruption de l'ancien numéro 2 de la PJ lyonnaise est terminé. Mais son "amigo", Gilles Benichou, extradé depuis le Maroc, pourrait faire appel de sa condamnation par contumace, ouvrant la voie à une nouvelle exposition de l'affaire devant les tribunaux.   
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut