Vallée de la chimie ©Wikipédia Commons
Vallée de la chimie ©Wikipédia Commons

Sud de Lyon : à quoi sert le plan de prévention des risques de la Vallée de la Chimie ?

La cour administrative d'appel a reconduit le 4 décembre le plan de prévention des risques technologiques de la Vallée de la Chimie, au sud de Lyon. A quoi sert-il ?

Le plan de prévention des risques technologiques (PPRT) de la Vallée de la Chimie, au sud de Lyon, devait être suspendu en janvier 2021 suite à un recours juridique pour vice de procédure. Ce mardi 8 décembre, la préfecture du Rhône a relayé la décision de la cour administrative d'appel : le PPRT est reconduit.

Qu'est-ce qu'un PPRT ?

Dans la Vallée de la Chimie, certaines installations sont susceptibles de provoquer des accidents qui auraient des conséquences dramatiques sur la santé des habitants des communes alentour et sur l'environnement. Les PPRT sont des documents qui ont pour but de gérer la cohabitation entre ces sites industriels à risque et les riverains. Dans le cadre d'une concertation entre les élus, les industriels et les habitants, validée par le préfet, des mesures sont mises en place pour parer à une éventuelle catastrophe industrielle - l'explosion de l'usine AZF, en septembre 2001, est encore dans tous les esprits.

Ce plan délimite des espaces autour des sites classés "Seveso" (installations industrielles reconnues comme dangereuses par l'Etat) selon les risques encourus en cas de catastrophe industrielle, de la zone 1 (la plus proche de l'établissement à risque) à la zone 4 (la plus éloignée). En cas de "danger très grave menaçant la vie humaine", les sites situés dans la zone 1 peuvent être expropriés. L'entreprise Plymouth, à l'origine du recours contre le PPRT, contestait justement son classement dans cette zone. La commune de Solaize, elle, dénonçait la proximité entre les sites classés "Seveso" et la gare de triage de Sibelin, où arrivent des trains chargés de produits dangereux et où les accidents ne sont pas rares.

7000 logements dans le périmètre du PPRT

Pour les habitants vivant à proximité de ces sites classés "Seveso", un dispositif baptisé "Securinov" est dans les tuyaux de la métropole de Lyon d'après les informations de France 3. Financé par les industriels, l'Etat, la métropole et la région, son objectif est la sécurisation des 7000 logements situés dans le PPRT : le renforcement des huisseries ou encore l'installation d'une pièce de confinement où se réfugier en cas de catastrophe industrielle. Sur la seule commune de Feyzin, 2000 logements sont concernés.

Lire aussi : Combien de sites Seveso entourent Lyon ? Les villes concernées

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut