stop corruption
©Mathilde Régis

Stop corruption se mobilise (aussi) à Lyon

Le mouvement Stop Corruption a rassemblé une petite centaine de personnes ce dimanche sur la place Bellecour. L'organisation espère qu'à l'approche du scrutin, "le mouvement va gagner en ampleur".

L'allégorie du Rhône de Guillaume Coustou recouverte de pancartes

©Mathilde Régis
L'allégorie du Rhône de Guillaume Coustou recouverte de pancartes

L'allégorie du Rhône, statue de bronze réalisée en 1720, s'est recouverte de messages ce dimanche. "La corruption est l'arme de la médiocrité" peut-on notamment lire. Tandis que le JDD publie une enquête selon laquelle des soupçons pèsent sur des emplois fictifs et le détournement de 100 000 euros par mois entre 2002 et 2014 par le groupe UMP au Sénat, les personnes présentes pour le rassemblement Stop Corruption de Lyon se comptent. "Il n'y a pas énormément de monde, mais les gens sont plutôt réceptifs. À Lyon, c'est le premier rassemblement avec un tant soit peu d'organisation" explique Xavier Jandot Dit Danjou, qui va à la rencontre des passants pour leur expliquer la démarche du mouvement. "Il y a deux types de personnes : celles qui s'arrêtent volontiers et sont interpellées par la thématique et celles qui ont envie de débrancher le dimanche et qui sont donc peu réceptives à un message, quel qu'il soit. J'espère que le mouvement va gagner en ampleur" poursuit-il.

Rassemblement stop corruption à Lyon

©Mathilde Régis
Rassemblement stop corruption à Lyon

Parmi le petit groupe amassé au centre de la place Bellecour, deux étudiantes sont venues se joindre au rassemblement. Si elles ne comptent pas spécialement s'impliquer dans l'organisation, elles aimeraient voir "comment ce mouvement va se poursuivre et évoluer". "Il semblerait que la corruption soit un sujet tabou en France. Pourtant il se passe pas mal de choses en ce moment et dans ces rassemblements, tout le monde peut en parler" indique l'une d'elles, également en service civique à côté de ses études. Venu de l'Isère, Yves a emmené sa casserole pour cogner dessus. "Je ne serai pas étonné que ce mouvement ne prenne pas, bien que je préférerai le contraire. J'ai le sentiment que les gens ne savent plus trop par quel bout prendre le débat politique pour améliorer la démocratie" déplore-t-il. Si le mouvement est né sur les réseaux sociaux, Yves ne les utilise pas. Quant aux trois propositions mises en avant par "Stop corruption", il les jugent plutôt bonnes, mais trouve "un peu excessive" celle qui consiste à réclamer "le vote d'une loi citoyenne de transparence selon laquelle les élus devront justifier de toutes leurs dépenses et les rendre publiques en les publiant sur le site internet de l'assemblée concernée". "Je discutais avec quelqu'un tout à l'heure qui me disait qu'ils devraient alors publier les notes des restaurants, des taxis, etc. Je trouve cela un peu excessif. Et puis je pense aussi qu'il y a eu des avancées en terme de transparence et que c'est aussi grâce à cela qu'un certain nombre d'affaires sont sorties" déclare-t-il avant de repartir en frappant sur sa casserole.

Lire aussi : Lyon : des dimanches pour "en finir avec l'esprit de corruption"
à lire également
Commissariat de Vénissieux © Tim Douet
Six ans, deux juges d’instruction et quelques faux témoignages après le lancement de l’enquête sur l’affaire dite des ripoux de Vénissieux, le parquet a abandonné l’immense majorité des chefs d’accusation de corruption. Une seule persiste, pour des faits minimes. Pas d’affaire Neyret bis, donc. Mais une question en suspens : pourquoi avoir lancé un tel chantier judiciaire pour si peu ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut