Sortie de crise sur la ligne Lyon-Ambérieu

Le mois de janvier 2010 a été le théâtre de nombreux retards sur la ligne de TER Lyon-Ambérieu-Culoz. Usagers en colère, lignes mal entretenues, manque de personnel et mauvaise communication auprès des voyageurs. La Région s'en est mêlée et la SNCF vient de faire un geste commercial, à quatre jours seulement des régionales.

Les retards répétés sur la ligne Lyon-Ambérieu durant le mois de janvier, principalement dus aux intempéries, ont fortement agacés les usagers de la ligne. Si bien que l'Adula (association de défense des usagers de la ligne Lyon-Ambérieu) qui reçoit habituellement 500 plaintes par tranche de six mois en a reçu 800 en deux fois moins de temps, depuis début janvier. L'association créée en 2002, mise en sommeil en 2004 puis réactivée en 2007 "en raison du cadencement des trains" est montée au créneau. Son président notamment, Jean-Pierre Frencel, à chercher à vérifier "ce qui allait et ce qui n'allait pas sur cette ligne".

Aider du comité de ligne(*) mis en place par la Région, l'Adula a reproché à la direction régionale de la SNCF des trains bondés, des retards à répétition et des suppressions au dernier moment, sans communication. Or, selon Jean-Pierre Frencel, "les retards répétés ont conduit à des retenus sur les salaires de certains usagers, tandis que certains étudiants arrivés en retard n'ont pas été acceptés à leurs examens de janvier à l'université".

Une amélioration de courte durée

Afin que la situation s'améliore, le comité de ligne et l'Adula ont rencontré le 12 février dernier Josiane Beaud, directrice régionale de la SNCF. Pendant la réunion, l'association a souligné "le manque d'anticipation de l'entreprise publique par rapport aux intempéries de janvier". Patrick Desloires, chargé de communication à la SNCF en Rhône-Alpes, lui a fait reconnaître que “depuis les vacances d'hiver, la ligne avait retrouvé une circulation correcte".

Mais pour Jean Pierre Frencel, la situation s'est à nouveau dégradée depuis début mars. Les exemples les plus marquants sont la journée du jeudi 4 mars : "12 des 90 trains qui font la navette entre Lyon et Ambérieu sont arrivés en retard, ainsi que le vendredi 5 et le samedi 6 mars où 31 trains ne sont pas arrivés à l'heure". Le président de l'Adula estime que "les cheminots ne sont pas responsables, car ils manquent autant d'informations que les usagers".

La Région se mobilise avant les Régionales

Le 26 février, Bernard Soulage, premier vice-président de la Région délégué aux Transports, Jean-François Debat, vice-président délégué aux finances et Pascal Protière, conseiller régional socialiste et président du Comité de Ligne ont rassemblé les membres de celui-ci. A l'issue de la rencontre, ils ont demandé la SNCF de “tirer les conséquences des difficultés rencontrées dernièrement sur la ligne“. Plusieurs points ont été mis en avant : le remboursement des usagers les plus pénalisés, l'amélioration de la fiabilité du matériel et de son entretien et le renforcement des moyens matériels et humains en période hivernale. Bernard Soulage a souhaité que “tout soit rapidement mis en oeuvre“ et Jean-Pierre Frencel a salué l'action de la Région, tout en déclarant qu'il n'était pas dupe de l'intérêt politique de celle-ci, en période électorale.

Et ce mercredi 10 mars, la SNCF a fait un geste commercial. Elle a annoncé qu'elle dédommagerait les usagers “à parité“ avec la Région "dans le cadre de la convention d'exploitation“ signée en 2009. Les usagers recevront un remboursement de 5 à 40 euros, soit une réduction moyenne de 15 % du prix de leur abonnement mensuel sur les lignes Lyon-Ambérieu-Génève, Lyon-Ambérieu-Chambéry, Lyon-Villefranche-sur-Saône-Mâcon, Lyon-Valence-Pierrelate et Grenoble-Veynes. Une annonce qui tombe à pic, quatre jours avant le premier tour des régionales.

(*) Les comités de ligne réunissent des représentants de la direction et des syndicats de la SNCF, des associations d'usagers, et des élus locaux. Ils se réunissent deux fois par an pour chaque ligne de TER.

à lire également
La SNCF a annoncé une nouvelle ligne Ouigo entre Paris et Marseille via Lyon à partir de décembre. Cette ligne passera exclusivement par l’aéroport Saint-Exupéry, obligeant donc à prendre le Rhônexpress pour gagner le centre de Lyon.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut