Sirha 2013 : quand Lyon redevient la cuisine du monde

Tout ce que le monde compte de meilleur en matière de gastronomie et de savoir-faire culinaire se presse actuellement à Lyon à l'occasion du Sirha. The place to be pour les virtuoses de la poche à douille, les maestros de la chantilly et les génies du déglaçage-flambage-dressage. Avec la crème de la crème des chefs, c'est une pluie d'étoiles qui s'abat sur la ville.

Difficile de faire plus grand et plus médiatique que le Sirha. C'est bien simple, le Salon mondial de la restauration et de l'hôtellerie n'a aucun équivalent dans le monde. C'est une ville dans la ville. Sirha, avec un "s" comme superlatif. 120 000 m2 d'exposition (à Eurexpo), 18 kilomètres d'allées, 12 500 chefs de cuisine et 150 millions d'euros de retombées économiques (hôtel, restos, etc.)

"La Fête des Lumières et le Sirha sont les deux seuls événements qui attirent autant de monde dans la région lyonnaise", explique Laurent Duc, président de l'Umih du Rhône. La Fête des Lumières est programmé par 440 tours opérateurs dans le monde, le Sirha attire 170 000 visiteurs, l'équivalent des 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements de Lyon ou d'une ville comme Montpellier.Selon l'Umih (Union des métiers et des industries hôtelières) du Rhône, le taux d'occupation des hôtels à Lyon était de 90 % samedi et dimanche. Il sera de 100 % lundi et mardi.

Le Davos de la restauration

Réservé aux professionnels, le Sirha est un salon qui propos produits et dégustations à l'attention des chefs des quatre coins du monde. Plus de 2 200 exposants de 130 pays différents viennent avec leurs innovations rencontrer les cuisiniers les plus en vue de la planète mais aussi les chefs qui nourrissent chaque jour des dizaines de millions de personnes.

Et parce que l'alimentation est l'une des problématiques essentielles du XXIe siècle, en parallèle au Sirha se tient lundi 28 janvier, le 1er World Cuisine Summit, une sorte de Davos de la restauration mondiale. "Un laboratoire de recherche et d'échange avec un objectif : diffuser et valoriser les pratiques de la restauration à venir dans un monde numérique et immatériel". La Première dame des Etats-Unis, Michelle Obama et la présidente du FMI Christine Lagarde (en vidéo), Franck Riboud, CEO du groupe Danone, Carlo Petrini, président -fondateur de Slow Food, le designer Philippe Starck, des chefs, des sociologues, des architectes, des ONG, viendront confronter leurs points de vue sur ce que pourra/pourrait/doit devenir la restauration demain.

Les Grands Chefs à l'Hôtel de ville

En parallèle, et pour honorer le plus grand chef de la planète, celui qui a certainement le plus fait pour la cuisine et pour sortir les chefs de leurs cuisines (au point de les starifier à outrance aujourd'hui), se tiendra ce soir à l'Hôtel de Ville de Lyon le Dîner des Grands Chefs.

Seul Alain Ducasse, qui sera d'ailleurs le grand artificier de ce dîner (avec Olivier Ginon, patron de GL Events qui l'organise), a réussi à faire aussi bien (voire mieux) que Bocuse : c'était en novembre dernier à Monaco où 240 chefs représentant 300 étoiles avaient célébré les 25 ans du Louis XV.

A Lyon, ce Dîner des Grands Chefs rassemblera entre autres Alain Ducasse, Massimiliano Alajmo, Yannick Alleno, Enrico Cerea, Christian Constant, Enrico Creppa, Eric Fréchon, Pierre Gagnaire, Peter Grosses, Hiroyuki Hiramatsu (co-associé de Bocuse au Japon), Thomas Keller, Régis et Jacques Marcon, Thierry Marx, Philippe Mille, Bertrand et Lmathieu Pacaud, Gérald Passédat, Anne-Sophie Pic, Emmanuel Renaut, Nadia Santini, Guy Savoy, Pierre Troisgros, Joêl Robuchon, Jean-François Piège, Daniel Boulud etc.

Jeux Olympiques de la cuisine

Et point d'orgue du Sirha, le Bocuse d'Or, véritables JO de la cuisine. Pendant deux jours (mardi et mercredi), 24 cuisiniers, élus après de draconiennes sélections (60 au niveau nationales, 3 à l'échelon continental) s'affronteront pendant 5h30 pour réaliser le "meilleur plat du monde" que jugera un jury d'anthologie. Le plus grand concours de cuisine, imaginé en 1987 par Paul Bocuse, en empruntant aux codes des plus grands événements sportifs, est pour le vainqueur l'assurance d'une carrière toute tracée.

Bref, avec 1 000 journalistes accrédités, 6 000 retombées presse écrites et plus de 10 heures de retombées télé, le Sirha s'impose aujourd'hui comme the place to be en matière de restauration.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Repères

120 000 m2 d'exposition

18 kilomètres d'allées

170 000 visiteurs

12 500 chefs de cuisine

2 200 exposants

22 pavillons internationaux

1 000 journalistes accrédités

6 000 retombées presse écrites

10 heures de retombées télé

150 millions d'euros de retombées économiques

Bocuse d'Or

8 000 m2 de zone de concours

2 jours de concours

60 sélections nationales

3 sélections continentales

24 pays en lice pour la finale

5h35 de durée de compétition

1 800 places en tribune

à lire également
Le cuisinier d'origine ligérienne Pierre Gagnaire (dix-huit restaurants et l'un des chefs les plus étoilés du monde) était à Lyon ces deux derniers jours pour un repas à dix mains au Neuvième Art (Lyon 6e) et la présentation d'un nouveau livre. Lyon Capitale l'a rencontré.
1 commentaire
  1. olsoie - 29 janvier 2013

    Dommage que ce ne soit pas ouvert au grand public au moins 1 jour sur les 4 mais ce serait l'orgie lol

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut